Retour accueil

La République du point d'honneur (HORACIO D'ALBA (NE) #1) historique,aventure,cape et d'épée

scenario: Jérôme Le Gris dessin: Nicolas Siner couleurs: Nicolas Siner editeur: Glénat, parution: janvier 2016

La République du point d'honneur La République du point d'honneur



La défunte et regrettée maison d'édition 12Bis avait entamé l'aventure en publiant les deux premiers tomes d'Horacio d'Alba (voir la chronique du tome 1) mais c'est grâce à Glénat que j'ai aujourd'hui la trilogie complète à disposition. Nouvel éditeur, nouvelle maquette, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'éditeur grenoblois a soigné sa nouvelle édition à commencer par de très belles couvertures rougeoyantes du plus bel effet et se n'est pas mentir que d'affirmer que le meilleur nous attend à l'intérieur. On est donc au XVIe siècle en Italie du Nord, dans une République fictive qui a décidé de régler ses conflits exclusivement par l'intermédiaire de duels entre professionnels. Deux écoles s'affrontent : l'académie Démocrate du Condottière et la Timocrate de Silas; Horacio d'Alba fait partie des meilleurs prince-duellistes de la première et le jour où il doit affronter sa propre femme en duel, sa vie bascule et il lui faudra expliquer à son fils Julius pourquoi il a tué sa mère. En age de devenir duelliste, Julius refuse d'entrer à l'académie préférant rejoindre l'équipe du sénateur Rembrandt parti en croisade contre ces duels d'un autre âge. Tandis que les armées du Cardinal Rouge n'attendent qu'un signe pour envahir la République, le Condottiere et Silas s'allient pour envoyer un petit groupe constitué de leurs meilleurs hommes assassiner Rembrandt qui par son projet de loi menace directement leurs activités. J'ai pris mon temps pour redécouvrir ce premier album et ma première impression était la bonne : on est parti pour une aventure extrêmement bien menée : le trait est sérieux et permet d'apprécier une narration sans faille. Sur fond de drame familial et de complot politique, l'uchronie historique très bien construite promet une lecture agréable et sans temps morts. Petite remarque tout de même, la série porte son nom mais Horacio ne passe pas pour le moment pour un super héros fort en gueule et fédérateur. Sur ce premier tome, on sent le gars courageux et doué pour son métier mais utilisé comme un vulgaire pion par ses maîtres. Espérons qu'il aura une bouffée d'orgueil par la suite...
note

le 19.01.2016 (69)

Le roi soldat
tome 2 (4/5)
Mémoires d'une Vésuvienne
tome 3 (4/5)