No Body – tome 3

Saison 1, épisode 3/4 – Entre le ciel et l’enfer

No Body tome 3 couverture

Pourquoi cet homme de 57 ans a t’il tué ? Est-ce bien lui le meurtrier ? On n’en saura pas plus dans ce 3ème épisode. Christian De Metter continue à coup de flash backs de nous raconter son ancienne vie de flic. On pourrait croire qu’il s’égare mais avant de juger quelqu’un il faut le comprendre. Et pour le comprendre il faut connaître son histoire.

Passé maître dans l’art de poser des ambiances sombres et dérangeantes, l’auteur de Shutter Island continue d’explorer les coulisses de la police américaine des années 80. L’homme est alors Lieutenant et bosse sur la piste d’un serial killer tuant des jeunes filles. Il va s’attacher les services d’une profileuse malgré les réticences de sa collègue.

Ca me faisait penser au principe d’Inception 🙂 une histoire dans l’histoire, ça perturbe un peu mais la narration impeccable ne perd pas le fil. Sitôt entamé le bouquin, on reste jusqu’à la fin en trépignant pour la suite.

Finalement savoir s’il est coupable ou non importe peu pourvu que la balade dure encore un peu.

Questions brûlantes : on approche de la fin de cette première saison, Comment va t’elle se conclure ? Sur quoi va s’articuler la suivante ? Christian de Metter tiendra-t’il le rythme infernal et incroyable d’un album tous les 6/8 mois ? J’ai hâte de savoir…

No Body tome 3 planche

un album de Christian De Metter aux éditions Soleil.

4 sur 5

Olympus Mons – tome 2

Opération Mainbrace
Olympus Mons tome 2 couverture
Sur Mars comme sur Terre, des équipes de spécialistes tentent de percer le mystère de ces anomalies liées entre elles. Aaron Goodwin, le médium, s’évertue à prévenir le monde de l’importance de ne pas pénétrer dans l’étrange vaisseau sous-marin. Il y va de l’avenir de la planète. Ses propos sont confirmés par d’autres médiums mais l’équipe « Ocean Pathfinder » ne l’entend pas de cette oreille. Les forces en présence se déchirent autour du mystérieux objet…

Il me faut bien souvent un peu de courage et de temps pour attaquer un album de Christophe Bec. Le scénariste aime faire durer le plaisir et habiller ses planches de longs dialogues. L’idéal est de relire les chapitres précédents pour se remettre dans le bain.

Une fois ses précautions prises, on peut se lancer dans ce nouvel épisode avec un maximum de concentration pour profiter de l’ambiance et du spectacle.

Car oui il y a toujours des scènes intéressantes et spectaculaires à voir grâce au bon très travail graphique de S. Raffaele.

C’est vrai que c’est un peu long et un poil fastidieux à lire mais ça vaut le coup tant le contenu est fouillé et le thème passionnant.

En clair : profiter d’un album de C. Bec, ça se mérite !

Olympus Mons tome 2 planche

un album signé Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin) et Digikore Studios (colo). Editions Soleil.

 

No Body – tome 2

Saison 1, épisode 2/4 – Rouler avec le Diable
No Body tome 2 couverture
2007, États-Unis. Dans le Montana, un homme – 57 ans, solide, barbu et cheveux longs, tatouages sur tout le corps – est arrêté sur le lieu d’un crime qu’il s’accuse d’avoir commis. Un an plus tard, une jeune psychologue est diligentée par le juge pour réaliser une expertise psychologique de cet homme. Il livre son récit mais certains éléments ne collent pas… Dans ce nouvel épisode, l’homme révèle avoir infiltré, dans les années 70, un gang de bikers violent

La lecture du premier épisode ne m’avait pas complètement convaincu et ce même tout en étant sous le charme du très beau dessin de Christian De Metter. J’attendais donc d’en savoir un peu plus.

C’est maintenant chose faite avec ce deuxième tome qui entre dans le gras du sujet. « No Body » commence à se livrer en détail.

Cet ancien flic du FBI a commencé sa carrière comme agent infiltré ce qui dénote chez lui un courage impressionnant et une passion pour ce métier découvert sur le tard. Il raconte donc à la psychologue sa mission auprès d’un groupe de bikers particulièrement dangereux.

Très bien raconté, très bien dessiné et passionnant !

En plus de ça, on a la chance qu’à peine 8 mois se sont écoulés depuis la sortie du tome 1, signe que l’auteur travaille vite et bien.

Le projet qui adopte le format d’une série TV est ambitieux, plusieurs tomes, plusieurs saisons. Christian De Metter a entamé un thriller très efficace qui pourrait bien marquer sa carrière et embarquer de très nombreux lecteurs.

Perso je valide !

No Body tome 2 planche

un album signé Christian De Metter aux éditions Soleil. Collection Noctambulle.

4 sur 5

Le Fulgur – tome 1

Au fond du gouffre
le Fulgur tome 1 couverture
1907. Suite à une terrible tempête, un navire voguant dans le canal du Yucatan sombre dans une fosse sous-marine avec un milliard d’or pur dans ses soutes. Bientôt, un groupe hétéroclite, savants, aventuriers, hommes d’affaires et journalistes, embarque à bord du Fulgur, un sous-marin unique en son genre, afin de retrouver la cargaison perdue. Mais leur aventure à 4 000 mètres de profondeur va rapidement prendre une tournure défiant l’entendement !

Un début d’album un peu poussif et des dialogues tout du long trop bavards et ampoulés. Je sais on est au début du XXème siècle mais bon difficile de s’identifier à ces personnages loin du charisme d’un bon aventurier.

Pour autant, à partir du moment où l’aventure commence au fond de la mer et qu’apparaissent les monstres attendus, ça va beaucoup mieux et on ne peut une nouvelle fois que saluer le talent de Christophe Bec pour ce type de récit.

Au dessin, je découvre un artiste serbe récompensé par de ses nombreux prix (Meilleur Jeune Artiste, Meilleur Comics Contemporain, Stylo d’Or à Belgrade) qui a travaillé sur la série Arcanes chez Delcourt et Ys La Légende chez Soleil. Son trait est propre bien qu’un peu trop encré à mon gout.

Prévu en 3 tomes, Le Fulgur démarre plutôt pas mal sur un mode Jules Verne.

le Fulgur tome 1 planche

un album scénarisé par Christophe Bec,  dessiné par Dejan Nenadov, colorisé par Tanja Cinna aux éditions Soleil.

2 sur 5

Zombies Néchronologies – tome 3

La Peste
couverture Zombies Néchronologies tome 3
Les îles japonaises sont ravagées par les zombies. Mais dans un village de montagne, un millier de civils, des militaires et des chercheurs tiennent bon. Ils ont en leur possession une momie plusieurs fois millénaires à partir de laquelle le virus a été créé. En explorant les origines du mal, les scientifiques espèrent lui trouver un remède ; ils ne reculent devant aucun sacrifice, aucune expérience, pour arriver à leurs fins. Le résultat de leurs travaux pourrait aussi bien offrir une deuxième chance à l’humanité que la précipiter vers une extinction plus rapide.

Spin-off de la série Zombies by Olivier Péru, ce troisième tome de Néchronologies ouvre des perspectives pour la suite des aventures zombiesques. En effet, l’absence d’empathie du leader scientifique Daisuke pourrait lui permettre – en sacrifiant une bonne partie des civils survivants qui lui fait confiance – de découvrir l’origine de l’épidémie.

J’étais resté sur l’excellent souvenir du tome 1 qui maniait un peu l’humour moqueur – François Hollande en guest star notamment – et au début de celui-ci j’ai été un peu surpris par le ton beaucoup plus sérieux. Je prenais ce spin-off plutôt comme une récréation amusante. Et puis ça met un peu de temps à démarrer et on ne voit pas bien ou le scénario nous emmène. Au fur et à mesure de la progression un poil fastidieuse, on comprend finalement le but de Daisuke.

Je crois qu’au final je me suis ennuyé, le choix du one shot fait que je ne retrouve pas de personnages communs d’un tome à l’autre qui me permettent de faire le lien avec la série-mère et du coup ça perd de son intérêt.

La réalisation de l’album est impeccable – à commencer par une couv’ percutante – mais je n’y ai pas trouvé mon compte au final.

Zombies Néchronologies tome 3

un album d’Olivier Peru (scénario), Stéphane Bervas (dessin), Digikore Studios (couleurs). Editions Soleil (Anticipations).

Olympus Mons – tome 1

Anomalie un

Olympus Mons Tome 1

A peine sorti de Prométhée, Christophe Bec enchaîne sur une nouvelle série qui joue sur les même codes : plusieurs événements distants dans l’espace et le temps, étroitement liés qui sous-entendent que les extra-terrestres ne sont pas loin.

Ainsi on a des plongeurs qui découvrent les vestiges d’un artefact inconnu, un médium de l’Iowa qui a des visions d’une épave engloutie au fond de la mer et des cosmonautes russes sur Mars qui tombent sur la carcasse d’un gigantesque vaisseau spatial.

La recette est connue mais y’a pas moyen : la curiosité est la plus forte et on replonge ! D’autant que le graphisme soigné est signé Stefano Raffaele devenu au fil des temps le dessinateur attitré des séries du scénariste ruthénois.

Et puis comment résister à l’appel de cette belle couv’ qui rappelle les belles années de Sanctuaire ou Zero Absolu ?

Décidément on ne change pas une équipe qui gagne.

J’espère juste qu’on est pas reparti pour 15 tomes parce que perso j’ai peur de ne pas avoir le courage d’aller jusqu’au bout. Les meilleures séries sont souvent les plus courtes pour gagner en efficacité et ne pas lasser le lecteur.

Allez soyons optimistes et profitons du spectacle !

Olympus Mons Tome 1

un album de Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin), Digikore Studios (couleurs). Editions Soleil.

No Body – tome 1

Saison 1, épisode 1/4 – Soldat Inconnu

nobody tome 1 couverture

Nous sommes en 2007 aux Etats-Unis dans le Montana. Un homme est arrêté sur les lieux d’un crime particulièrement sanglant. Il ne nie pas les faits et se trouve aussitôt sous les verrous. Un an plus tard, une jeune psychologue est diligentée par le tribunal pour réaliser une expertise psychologique de cet homme.

Au fil de leurs échanges, il s’accuse du meurtre de son ancien coéquipier, selon lui, l’assassin de sa femme, et révèle qu’il l’a découpé en morceaux. Cependant, certains éléments ne collent pas…

Spécialiste des adaptations littéraires, du polar et du thriller, Christian De Metter entame un travail de longue haleine puisque à l’instar du petit écran, il démarre une longue série découpée en saisons. La première étant annoncée en 4 tomes.

Si le début se révèle accrocheur avec de belles planches et un récit intrigant à souhait, il faudra attendre au moins un tome pour se faire une meilleure idée.

nobody tome 1 planche

un album signé Christian De Metter édité chez Soleil (collection Noctambule)

3 sur 5

 

Androïdes – tome 3

Invasion

androides-tome-3-couverture

Elle est bien cette mini-série, non ?

Et pourtant dès qu’il s’agit d’androïdes, j’ai plutôt tendance à changer de trottoir. Mais là depuis le début, les one shots sont de qualité avec des auteurs différents à chaque fois qui font un réel effort pour proposer des récits originaux et un graphisme haut de gamme.

D’entrée, les planches tapent agréablement dans l’oeil et les dialogues font mouche. Pourtant, il faut s’accrocher car à l’instar du (héros ?) on ne comprend que goutte. Comme lui on débarque dans un monde ravagé et hanté par des trucs énormes qui nous tombent sur le râble. Mais ça vaut le coup de rester car au final on n’est pas déçu.

Un récit choc et des planches chic. Je prends !

 

androides-tome-3-planche

un album de Sylvain Cordurié (scénario), Emmanuel Nhieu (dessin) et Digikore Studios (couleurs) aux éditions Soleil.

4 sur 5

Prométhée – tome 14

Les âmes perdues
prométhée tome 15 couverture
Seule une petite partie de l’Humanité a survécu… Cette Humanité qui n’a pas voulu tenir compte des avertissements qui survenaient tous les jours à 13 heures 13, durant 13 jours. Cela aurait-il pu être évité ? Ou plutôt… Cela pourra-t-il être évité? En 1959, à Camp Hero, les scientifiques du projet secret Montauk voient arriver avec stupéfaction Turan, Dimbort, Lacan et Denton du XXIe siècle. Les “hommes du futur” vont devoir persuader les scientifiques du passé de la catastrophe à venir ! En 2019, de leur côté, les rares survivants de l’invasion alien tentent de survivre tant bien que mal… Pour eux, le temps est venu de brûler et d’enterrer les victimes du génocide planétaire orchestré par les extraterrestres…

Malgré sa narration un peu compliquée propre à Christophe Bec qui aime partir dans tous les sens, la première saison de Prométhée m’avait séduit et je sais que c’est au cours d’une prochaine relecture complète que je saurai l’apprécier à sa juste valeur. 12 tomes au total (le tome 13 étant à priori hors jeu) me semblaient être le maximum de tomes pour qu’une série ne s’éternise pas trop.

Or l’éditeur et ses auteurs ne l’entendent pas de cette oreille et entament donc un second cycle qui débute par un tome 14 trop bavard à mon goût. Les planches sont belles, certaines scènes spectaculaires, le propos toujours passionnant, on saute d’une époque à une autre et on sent bien la dimension que prend l’événement à travers les siècles mais les discussions trop techniques entre scientifiques plombent l’ensemble.

Et comme souvent, sans une relecture fraîche des épisodes précédents, on patauge un peu.

Pas facile de poursuivre l’aventure mais si la suite s’avère plus légère et si elle ne s’étend pas trop, je pourrais m’y risquer. J’aime quand même bien ce genre de récit où le genre humain est mis à rude épreuve. Le salaud !

prométhée tome 14 planche

un album signé Christophe Bec (scénario), Stefano Raffaele (dessin) et Digikore Studios (colo) aux éditions Soleil.

2 sur 5

Alice Matheson – tome 5

Les obsessions de Sam Gibbs
alice-matheson-tome-5-couverture
Sam Gibbs n’est personne. Il n’est qu’un pauvre geek, sans diplôme, apparemment sans intérêt qui travaille de nuit au 3e sous-sol du Saint Mary’s Hospital. Sam aime en secret l’infirmière Rays, dont il épie les moindres faits et gestes, au point qu’il sait qu’elle porte l’enfant de ce salopard de Dr Cooper, ce foutu dragueur qui ne pense qu’à séduire tout ce qui porte une culotte. Sam Gibbs n’est personne et pourtant il désire plus que tout être quelqu’un aux yeux de Shirpa Rays. Et pour cela, il est prêt à tout, à mentir, à tuer s’il le faut, ou encore à pactiser avec le diable…

A première vue, on pourrait croire que cette enième série sur les zombies ne serait que prétexte à une boucherie sanguinolente comme l’atteste ce cinquième épisode particulièrement gore. Les trois premières planches donnent tout de suite le tom !

Après s’être longuement attardé sur le cas de l’infirmière Alice Matheson (normal la série porte son nom) dans les 3 premiers épisodes et après s’être penché sur le cas du docteur Morgan Skinner dans le quatrième tome, on zoome de nouveau sur un des personnages de l’hôpital. Pas forcément celui qu’on attendait d’ailleurs.

Et on pense à première vue que le fil rouge de la série (mais bon sang d’où vient cette foutue épidémie ?) passe au second plan. Pourtant, on se rapproche du dénouement en apprenant que Sam Gibbs connait le responsable de toute cette pagaille !

Ca se précise sérieusement, il était temps ! Le 6ème et dernier tome est déjà en approche.

Ce 5ème opus est comme il se doit, servi par un graphisme impeccable et une colo parfaite pour nous immerger un peu plus dans les coulisses d’un hôpital pas comme les autres.

Alors avis aux amateurs de frissons, passez en mode survivor !

alice-matheson-tome-5-planche

un album aux accents italiens car dessiné à quatre mains par Lucio Leoni & Emanuela Negrin sous la houlette des scénaristes Stéphane Betbeder & Jean-Luc Istin. Couleurs du Studio Digikore. Editions Soleil.

3 sur 5