Les beaux étés – tome 2

La calanque

les-beaux-ete-tome-2-couverture

Je n’avais aucun doute, ce second tome ne pouvait que confirmer les très bonnes critiques suscitées par le premier.

On retrouve tout ce qui a fait son succès hormis la pointe dramatique qui rappelait que derrière les apparences heureuses et joyeuses se dissimulait souvent une douleur ou un drame.

Dans ce second opus le bonheur est total. Les Faldérault sont HEU-REUX. Un point c’est tout. Et nous aussi. Nos souvenirs d’enfance remontent à la surface. Et c’est les yeux embués qu’on part en vacances avec nos nouveaux amis Belges à bord de leur vaillante 4L aux 100 000 bornes.

Nous sommes 3 ans plus tôt en juillet 1969, Pierre est content, il termine à l’instant la dernière planche de son nouveau héros Four – un cowboy à quatre bras – qui sort cet été, il peut enfin partir en vacances avec sa petite tribu. Comme promis : direction la Méditerranée ! A la recherche du soleil qui semble tant manquer dans cette Belgique pluvieuse. Mais pas question de foncer sur l’autoroute, Mam’zelle Estérel ne le supporterait pas. Alors avec sa femme Mado, ses enfants Louis, Julie et Nicole c’est le coeur joyeux que Pierre oriente le cap au sud à la recherche d’une plage de rêve qu’une heureuse rencontre en chemin leur offrira…

Voila, ce n’est pas compliqué, l’histoire d’une gentille famille qui part en vacances. Rien d’exceptionnel mais c’est si bien raconté et tellement bien dessiné qu’on ne peut que tomber sous le charme.

Sortez de la grisaille et retrouvez le sourire avec Les beaux étés !les-beaux-ete-tome-2-planche

Un album signé Zidrou au scénar et Jordi Lafebre au dessin. Edition Dargaud.

La chronique du tome 1 est dans les archives.

coup de coeur

Confessions d’un enragé

one shot
confessions-enrage-couverture
Fin des années 1970. Dans les rues de Rabat au Maroc, Liam, un petit garçon, est attaqué par un chat errant. Transporté d’urgence à l’hôpital, le diagnostic est sans appel : il a attrapé la rage. Gravement contaminé mais soigné à temps, Liam a frôlé la mort, mais sa vie s’en retrouvera changée à jamais. Hanté par le fantôme de ce chat, le jeune garçon va développer des capacités hors-norme, et une sauvagerie quasi animale…

Ouuaahhhh ! Le pitch était déjà accrocheur et prometteur mais rien que pour la couverture sublime, ça valait le coup de ne pas passer à côté de celui-là ! Au passage, c’est madame Otéro qui dévoile son talent. Magnifique.

C’est bien simple, ce one shot m’aurait presque mis la larme à l’oeil tant les histoires sur les enfances malheureuses m’émeuvent (l’effet Papa toussa…), c’est bouleversant. Et tant qu’à faire, je regretterai presque le happy end après avoir atteint des sommets dramatiques.

Heureusement que les interventions du toubib permettent de faire une pause dans les événements tragiques, ça permet de bien comprendre l’évolution de la maladie même si c’est parfois très technique.

Rien que le dessin d’Otero, j’adore, son graphisme est d’une efficacité redoutable. Vif et précis, son trait est aussi tranchant que le récit est poignant. L’explosion des couleurs et des effets au moment des crises apportent aussi leur lot d’émotions. Le fantastique n’est jamais très loin lorsque Liam se transforme petit à petit en illustrant le compte à rebours qui le rapproche d’une mort annoncée.

C’est mon nouveau coup de coeur du moment et j’espère que cet album ne passera pas inaperçu tant il est bourré de qualité.

Bravo l’artiste !

confessions-enrage-planche

un album signé Nicolas Otéro aux éditions Glénat dans la collection 1000 feuilles.

coup de coeur

Je viens de m’échapper du ciel

je-viens-de-m-echapper-du-ciel-couverture
Poe, loser magnifique, trimbale son désœuvrement et sa mélancolie de bars enfumés en salles des coffres, de plages interlopes en ruelles malfamées. Il joue son existence au gré du nombre d’allumettes qu’il pioche au hasard dans la poche de son veston, en ne pensant qu’à une chose. À Lola.

Laureline Mattiussi adapte une nouvelle noire de l’argentin Carlos Salem avec une science du noir & blanc remarquable.

A la lecture de ce one shot, il faut savoir lâcher du lest et se laisser emporter sans trop se formaliser par le voile du fantastique dans un récit noir emprunt d’un humour léger et désabusé.

Poe, le héros loser joueur et suicidaire a un parcours atypique de gansgter fleur bleue et c’est grâce à son complice Harly qu’il tente de se sortir maladroitement d’un quotidien sombre et ennuyeux.

Dommage que le gros béta de Harly ne soit pas plus mis en avant car avec Poe ils forment un duo plutôt amusant.

Oscillant entre roman noir, burlesque et fable, cet album de la collection écritures permet de vivre un bon moment d’évasion.je-viens-de-m-echapper-du-ciel-planche

un album réalisé par Laureline Mattiussi aux éditions Casterman.

3 sur 5

A coucher dehors

à coucher dehors – tome 1/2

C’est la première bonne surprise de cette rentrée 2016 !

a-coucher-dehors-tome-1-couverture
Un SDF hérite d’une maison, d’une famille et de tous les soucis qui vont avec…

Alors que je viens de relire avec délice les 3 tomes des Vieux fourneaux, voila t’il pas que je retombe sur une autre chronique sociale du même tonneau. Humour, personnages au fort caractère et grande gueule, ce début de diptyque en partage les caractéristiques sans tout à fait égaler la force des dialogues et le sens de la répartie mais se coulant dans le même moule. Bref, c’est drôle et touchant et le dessin d’Anlor a cet aspect instinctif et dynamique que j’aime beaucoup.

Amédée, Prie-Dieu et La Merguez sont SDF et vivent tous les trois sur les bords de la Seine à Paris. Alors qu’ils sont sur le point de se faire embarquer dans le panier à salade pour la énième fois, Amédée apprend qu’il hérite de sa tante d’une maison en banlieue. Surpris et heureux, il est méfiant et il a raison, la signature de l’acte est accompagnée d’une clause un peu spéciale : la maison est à lui s’il accepte de s’occuper de son cousin trisomique Nicolas passionné par les étoiles. Partant de cet accord, les 3 SDF et le gamin s’installent dans le petit pavillon de banlieue…

Après Amère Russie, un premier diptyque apprécié par la critique et les bédéphiles, Anlor (Les innocents coupables) et Aurélien Ducoudray (The Grocery) réitèrent leur collaboration et abordent le sujet de la trisomie (mais pas que) dans un premier tome bourré d’humour et de tendresse.

Cet album est édité en partenariat avec la Fondation Perce-Neige à l’occasion de son cinquantenaire.

a-coucher-dehors-tome-1-planche

Un album d’Aurélien Ducoudray (scénario) et Anlor (dessin) aux éditions Bamboo, collection Grand Angle.

4 sur 5

Relecture – Les Vieux Fourneaux

Relecture estivale et jouissive des 3 albums déjà parus de ce qui est – sans aucun doute – la meilleure série de ces dernières années dans son genre (une chronique sociale bourrée d’humour).

Je ne vais pas me faire suer, je vais dans un premier temps faire un bon vieux copier/coller (légèrement) retouché de mes chroniques archivées 🙂

tome 1 – Ceux qui restent :

les-vieux-fourneaux-tome-1-couvertureJe savais d’avance que j’allais adorer ce nouveau Lupano. Je le sentais bien. Le scénariste nous offre un premier tome savoureux qui fait la part belle aux dialogues pétillants et à la répartie bien sentie. Je ne suis pas sûr qu’un résumé soit bien utile car ce qu’il se passe n’est presque qu’un prétexte à des retrouvailles entre trois vieux copains qui partagent une certaine passion pour le syndicalisme et plus largement un rejet du système. Et cela même quand Sophie, la trentenaire qui les accompagne, leur balance qu’ils font partie de « la pire génération de l’histoire de l’humanité » pour « le monde de merde » qu’ils osent laisser aux suivants. Je pense que le scénariste règle ses propres comptes en contre balançant cette « attaque » par l’attitude militante des coupables. Bon il faut quand même bien un minimum d’histoire pour enrober ce joli exercice et il choisit la voie du road movie qui emmène Pierrot, Mimile et Sophie – enceinte jusqu’au bout des ongles – à la poursuite de leur pote Antoine parti bille en tête faire sa fête à son plus vieux rival, l’ex patron pour lequel il a bossé pendant 40 ans.

les-vieux-fourneaux-tome-1-plancheAprès avoir fait connaissance avec le quatuor qui baigne dans une douce nostalgie nappée d’humour et de malice dans la première moitié de l’album, un élément déclencheur nous emmène en Toscane pour un (petit) peu plus d’action. C’est là qu’une deuxième surprise nous attend pour nous faire trépigner d’impatience jusqu’au tome 2.

C’est très bien pensé, chaleureux, sincère, touchant et drôle, les dialogues aux petits oignons sont savoureux, c’est de surcroît très bien dessiné d’un style vif et enlevé. A aucun moment on ne regrette notre rencontre avec ces Vieux Fourneaux sympathiques autant qu’authentiques…

tome 2 – Bonny and Pierrot :

les-vieux-fourneaux-tome-2-couvertureComme un grand couillon que je suis avec ma mémoire de poisson rouge, je suis parti à l’abordage de ce tome 2 sans prendre la précaution de relire – au moins rapidement – le tome 1,  histoire de me rappeler pourquoi je l’avais tant aimé et accessoirement me remémorer de quoi ça cause. Précaution inutile car à part l’histoire du magot qui du coup ne me disait plus rien, j’ai vite reconnu ces bonnes vieilles tronches de vieux. Et autant le dire tout de suite, ce tome 2 est au moins aussi bon que le précédent. Wilfrid Lupano et Paul Cauuet semblent avoir trouvé la bonne recette mitonnée dans ces vieux fourneaux et nous la resservent pour déguster un nouvel opus ô combien savoureux. les-vieux-fourneaux-tome-2-planchePas mal de bonnes trouvailles garnissent ce second album à l’image de cette « arme fatale » dégainée par ces vieux au sens de l’humour bien féroce. Boum, servez chaud, les dialogues et les quelques déclarations tonitruantes servies par le scénario de Lupano font mouche à chaque salve. Une BD pleine de vie, de bonne humeur et d’humour qui n’a pas fini de m’amuser. Vivement les prochains albums, j’adore !..

tome 3 – Celui qui part :

les-vieux-fourneaux-tome-3-couvertureOn retrouve nos trois vieux compères à la ferme de Sophie et de la petite Juliette. Pierrot s’est encore fait embarquer dans le panier à salade suite à une nouvelle action d’éclat avec ses potes (ils ont joué à Maya l’abeille cette fois), Antoine se rend chez Berthe, aider cette vieille chouette de voisine dont le déluge menace d’emporter les moutons. Rentrée tard, Sophie découvre Mimile qui faisait office de baby-sitter inanimé, victime probable d’une commotion cérébrale. On ne s’ennuie pas une seconde à la campagne en compagnie de cette joyeuse bande dont les dialogues provoquent à chaque page rire et sourire. Dans ce troisième excellent opus, c’est l’heure du règlement de compte et on découvre les trois papys dans un rôle peu reluisant. Enchaînant les coups de gueule et les situations cocasses, il y a une vraie histoire humaine chère à Lupano, celle de gens ordinaires avec un passé glorieux ou non qui se dévoile sous nos yeux.

les-vieux-fourneaux-tome-3-plancheCa me parait quelquefois sans queue ni tête car ce sont plus des tranches de vie qu’une histoire à suivre, il y a pourtant plusieurs fils conducteurs – le magot de Sophie, le labo Garan-Servier, le passé de Mimile – et chaque épisode est l’occasion d’en savoir un peu plus sur ces personnages auxquels on est maintenant fortement attaché. Reste encore quelques points en suspens (le père de Sophie, le trésor) sur lesquels on reviendra sûrement.  Un chose est sûre : on s’amuse comme des petits fous ! N’oublions pas que les vieux fourneaux sont dessinés de main de maître par P. Cauuet au style vif et alerte comme j’aime.

J’adore je vous dis !..

3 albums signés Wilfrid Lupano (scénario) et Paul Cauuet (dessin) – éditions Dargaud.

coup de coeur

Tungstène

(one shot)

tungstene-couverture

Comme les deux personnages en couverture, moi aussi j’avais les pieds dans l’eau pour déguster cet album 🙂 Lecture d’été très agréable avec cette impression de voyager à l’autre bout du monde en pénétrant l’intimité d’un groupe d’individus qui se retrouvent étroitement liés.

Nous sommes au Brésil, à Salvador de Bahia au bord de l’Atlantique Sud. Caju, petit dealer de quartier et M. Ney sergent à la retraite se croisent au bord de la plage et assistent au spectacle affligeant de deux branleurs qui pêchent à la dynamite depuis leur bateau. La discussion s’envenime rapidement quand le premier préfère laisser couler alors que le second veut absolument intervenir. Sous la menace, Caju propose d’appeler Richard son « pote » flic pour qu’il règle la situation. De son côté Keira – femme de Richard – se met en tête de quitter cet homme violent.

Ce n’est pas parce qu’il y a un flic que c’est un polar, je dirai que c’est plutôt un roman graphique teinté de polar car ce qui nous intéresse ici c’est bel et bien l’humain. Les rapports entre Keira et Richard, l’affrontement entre Caju et Ney, le délire de ce dernier dont les dernières pages nous expliquent tout et le dérapage d’une situation presque anodine sous un soleil écrasant. L’auteur entremêle habilement plusieurs histoires parallèles qui ont un dénominateur commun : la violence et dans une moindre mesure la précarité sociale. Il arrive aussi à bien faire ressortir le climat étouffant qui règne avec des personnages trempés de sueur sous ce soleil de plomb. Graphiquement, c’est très réussi, le trait est sûr et le noir et blanc est le bon choix.

Je ne suis pas étonné que Tungstène ait récolté une pluie de distinctions cette année (Fauve Polar Festival d’Angoulême, Finaliste Grand Prix de la critique ACBD 2016, Sélection Prix de la BD FNAC 2016, Sélection Prix BD Quais du Polar). Par son originalité, il le mérite amplement.

Comme quoi, soleil, chaleur et plage ne riment pas forcément avec bonheur. Ca fait du bien de lire des trucs qui sortent de l’ordinaire de temps en temps.

un one shot signé Marcello Quintanilha aux éditions Çà et Là

4 sur 5

Moi, assassin

moi-assassin-couverture

Après l’art de voler qui ne m’a pas laissé un souvenir impérissable peut-être à cause de sa noirceur (mais c’est un chouette livre que je chroniquerai quand j’aurai moins la flemme), voila un nouveau one shot signé du même scénariste espagnol.

Très bien documenté (ou réalisé par un spécialiste de la question, je ne saurai le dire), les dialogues techniques sur l’art sont bien présents et se sont pas là uniquement pour l’habillage. Le constat est même étonnant : ça passe plutôt bien et entretiennent des pauses à la voix off d’Enrique qui se livre au lecteur. On n’en saura pas plus sur sa vraie motivation, d’après lui l’homme tue parce qu’il est né comme ça. N’empêche étrangler un pauvre vieux ou une femme seule je ne vois pas bien l’intérêt de l’exercice quand son auteur n’explique pas vraiment son geste. On pourrait penser qu’il en tire du plaisir mais ce n’est pas forcément très clair, peut-être poursuit-il une quête ou désire-t’il démontrer une thèse sur la violence et l’art.

En plus d’un dessin en noir et blanc aux larges aplats noirs qui donne une tonalité particulière, c’est la narration qui emporte l’adhésion, la voix-off est bien présente et les tirades techniques sur l’art n’embrouille pas le lecteur et apporte quelques instants de réflexion et de culture. On pénètre pour la première fois dans les méandres d’une université espagnole où la politique occupe une grande place. On n’a pas forcément tous les éléments pour tout appréhender mais on assiste intéressé et amusé aux débats quelquefois houleux.

L’originalité du contexte, la personnalité d’Enrique, l’atmosphère particulière, le dessin et les dialogues font de ce one shot une lecture très intéressante.

moi-assassin-planche

un one shot signé Antonio Altarriba (scénario) et Keko (dessin) aux éditions Denoël Graphic.

etoile2

Le maître des crocodiles

le maitres des crocodiles couverture

Un homme, un crocodile, une vengeance.

Après Tsunami un premier album remarqué et plébiscité sur BDouebe, Stéphane Piatzszek (Commandant Achab , le chevalier à la Licorne) et Jean-Denis Pendanx reviennent aux iles Banyak en Indonésie pour nous faire vivre leur version de Moby Dick, le combat entre l’homme et l’animal sur fond de message écologique.

En 1984, Bernard, Léo et sa femme Isabelle viennent tourner un documentaire pour dénoncer la pêche à l’explosif pourtant traditionnellement pratiquée par les autochtones. Au cours d’une baignade, Isabelle enceinte de quelques mois se fait dévorer par un énorme crocodile. Avec l’aide de son ami et de quelques villageois, Léo parvient à retrouver la tanière du monstre. Et chose curieuse, ce dernier lui laisse emporter le cadavre de sa femme. 30 ans plus tard, Léo quitte tout et revient sur l’île pour se venger.

Une première partie qui démarre bon enfant et s’achève brutalement en horreur, une seconde très intense dans l’urgence de l’action pour retrouver la bête immonde et une troisième qui se déroule des années plus tard pour la vengeance d’un homme brisé qui n’a pas réussi à oublier et veut finir en beauté. Mais, suicide ou vengeance ? A moins qu’il ne s’agisse de quelque chose d’un peu plus mystique. Le scénario mêle agréablement les thèmes pour offrir au lecteur un one shot d’aventures passionnant.

Une histoire belle et tragique au graphisme sublime. J’aime !

le maitres des crocodiles planche

un one shot scénarisé par Stéphane Piatzszek, dessiné et colorisé par Jean-Denis Pendanx, édition Futuropolis

4 sur 5

L’homme qui ne disait jamais non

l'homme qui ne disait jamais non couverture

Dans l’avion qui revient de Quito en approche de l’aéroport de Lyon, Violette l’hôtesse de l’air remarque un homme seul qui semble complètement perdu. Il s’appelle Etienne Rambert et il aurait perdu la mémoire. Il ne souvient de rien, ni qui il est, ni d’où il vient, ni ce qu’il fait là. Décidée à lui venir en aide, Violette le prend en main et mène l’enquête pour tenter de remonter le fil du temps. Quitte à tomber sur de vilaines surprises.

C’est parti pour 144 pages menées tambour battant par la jolie brunette qui est persuadée de tenir là un formidable sujet de thèse pour le concours de Profiler qu’elle s’apprête à passer. L’occasion aussi de se faire plaisir et de satisfaire sa curiosité, et cerise sur le bâteau, l’homme est plutôt mignon. On verra en temps utile. Bref, c’est une aventure pétillante à laquelle nous invite Didier Tronchet, mais aussi une vraie enquête sur la vie d’un amnésique qui a semble-t’il vécu quelques dernières heures très mouvementées.

Les premières heures sont très amusantes avant que l’on découvre quelque chose de plus grave jusqu’à un changement de décor intéressant qui nous emmène visiter la capitale de l’Equateur elle aussi dans un mauvais jour.

Pour embellir et emballer ce très bon road movie à la française, on peut compter sur le dessin dynamique chaudement coloré d’Olivier Balez (J’aurai ta peau Dominique A, Angle mort) qui m’a particulièrement plu. Un travail superbe !

L’homme qui ne disait jamais non se révèle un one shot super sympa à lire !!

l'homme qui ne disait jamais non planche

un one shot scénarisé par Didier Tronchet, dessins & couleur de Olivier Balez, édition Futuropolis

4 sur 5

Watertown

Watertown
La dernière fois que je vis Maggie Laeger, c’était un lundi matin. Je passais comme à mon habitude dans la pâtisserie de Monsieur Clarke pour y acheter un muffin que je mangerais sur le chemin du bureau. Lorsqu’en payant, je lançai « À demain Maggie », elle répondit : « Non… Demain je ne serai plus là. »…

Modeste employé d’une société d’assurance à Watertown, Philip Whiting s’accorde une semaine de vacances pour s’improviser enquêteur sur la mort de M. Clarke – le pâtissier du coin – dont la vendeuse Maggie a subitement disparue après que ce dernier ait reçu une étagère fatale sur le crâne. C’est en rendant visite à son frère à Stockbridge qu’il tombe par hasard sur Maggie qui feint de ne pas le connaître. Philip soupçonne alors du louche et commence ses investigations. C’est une plongée dans l’Amérique des années 60 que JC Götting nous propose avec cette drôle d’histoire. Celle des belles voitures, des costumes cravates stricts et des enquêtes « à l’ancienne ». Ca fait drôle des fois de revenir aux notes manuscrites et aux enquêtes de voisinage. Mais attention, l’enjeu ici est avant tout de suivre le cheminement d’un homme ordinaire qui face à un mystère passe de la curiosité à l’obsession. Philip n’en dort plus et veut avoir coûte que coûte le fin mot de l’histoire. Et ce n’est qu’au terme d’un suspens qui monte crescendo qu’il y parviendra pour une conclusion hélas bien décevante. C’est fort dommage. On se console au vu d’un graphisme très élégant dont le style s’accorde parfaitement avec l’ambiance de l’époque…

Watertown

un one shot signé Jean-Claude Götting chez Casterman

3 sur 5