Dans la paume du diable 2/2

Les mirages de Bugsy

dans-la-paume-du-diable-tome-2-couverture

Dans le Hollywood des années 1940 où mafieux et producteurs de cinéma mangent à la même table, il existe un homme qui contrôle toute l’industrie cinématographique de la côte Ouest : Bugsy Siegel. En se faisant passer pour un nouveau producteur en ville, l’agent du FBI William Lawford a finalement réussi à infiltrer l’entourage de ce maître de Los Angeles. Un rapprochement dont l’inspecteur Meltzer de la police de LA va essayer de profiter en faisant du jeune agent son informateur. William joue à présent triple jeu : faux producteur, agent infiltré du FBI et indic pour la police de Los Angeles. Autant de couvertures difficiles à garder, surtout lorsqu’il y a le risque de se laisser griser par le jeu de l’illégalité. Cerné de toutes parts, William va-t-il finalement devenir comme ceux qu’il poursuit ?

Une nouvelle fois, je salue la qualité de cette deuxième couverture très réussie de par sa composition et ses couleurs. Et les belles planches réalisées par Kyko Duarte ne sont pas en reste. Malheureusement, la lecture est rendue difficile par la trop grande ressemblance entre les personnages et l’abondance des dialogues. Et le scénario fort complexe n’arrange rien tant et si bien que pour aller au bout des 48 pages, il m’a fallu bien du courage. Pour qu’au final cette Paume du Diable au thème riche et prometteur ne se révèle décevant voire ennuyeux.

Une déception pour ma part.

dans-la-paume-du-diable-tome-2-planche

un album scénarisé par Mathieu Mariolle, dessiné par Kyko Duarte aux éditions Glénat.

2 sur 5

 

World War Wolves tome 2

Autrefois un homme, aujourd’hui un loup

World War Wolves tome 2 couverture

Preuve que c’est pas mal, les boulets comme moi qui débutent une série par le tome 2 n’auront aucun mal à plonger dans ce Survival horror que nous propose Soleil Comics. Bien servi par un graphisme sec comme un coup de trique qui n’a pas besoin de couleurs, privilégiant les jeux d’ombre efficaces (la planche choisie ci-dessous illustre bien ce que j’essaye de dire), on entre de plein pied dans un monde joyeusement apocalyptique.

Les Etats-Unis se divisent maintenant en deux groupes : d’un côté les humains survivants qui ont échappé à un mal extrêmement contagieux se rassemblent en petites communautés, de l’autre les lycanthropes – loups garou – qui s’organisent pour mettre en place une nation dominatrice.

Au milieu du chaos, JL Istin s’intéresse au destin de 3 groupes distincts. A Las Cruces, petite ville fortifiée théoriquement à l’abri des vilains poilus, John Marshall et sa famille doivent pourtant démasquer le loup garou qui a pris leur immeuble pour son garde-manger. Fuyant Philadelphia où ils sont passés à deux doigts de se faire bouffer, Jeremy Lester le jazzman aveugle et la petite Sarah prennent la route pour Lancaster. A la prison de Riker’s Island, Malcom Spolding échafaude un plan pour mettre les voiles le jour de la visite de Raven le chef de meute.

C’est sûr que ça lorgne du côté de Walking Dead, ça en a le gout et la couleur et la comparaison coule de source. Néanmoins, les histoires croisées permettent d’alterner les situations et varier les plaisirs. Et comme son homologue made in US, les personnages sont suffisamment épais pour qu’on s’y intéresse sans oublier un quota raisonnable de scènes horribles qu’on savoure à petites doses.

Dans le genre, on a lu largement pire alors si le thème vous botte, moi je dis que c’est un achat qui se tente.
World War Wolves tome 2 planche

Scénario : Jean-Luc Istin, Dessin : Kyko Duarte, aux éditions Soleil (French Comics)

etoile3