Alice Matheson – tome 5

Les obsessions de Sam Gibbs
alice-matheson-tome-5-couverture
Sam Gibbs n’est personne. Il n’est qu’un pauvre geek, sans diplôme, apparemment sans intérêt qui travaille de nuit au 3e sous-sol du Saint Mary’s Hospital. Sam aime en secret l’infirmière Rays, dont il épie les moindres faits et gestes, au point qu’il sait qu’elle porte l’enfant de ce salopard de Dr Cooper, ce foutu dragueur qui ne pense qu’à séduire tout ce qui porte une culotte. Sam Gibbs n’est personne et pourtant il désire plus que tout être quelqu’un aux yeux de Shirpa Rays. Et pour cela, il est prêt à tout, à mentir, à tuer s’il le faut, ou encore à pactiser avec le diable…

A première vue, on pourrait croire que cette enième série sur les zombies ne serait que prétexte à une boucherie sanguinolente comme l’atteste ce cinquième épisode particulièrement gore. Les trois premières planches donnent tout de suite le tom !

Après s’être longuement attardé sur le cas de l’infirmière Alice Matheson (normal la série porte son nom) dans les 3 premiers épisodes et après s’être penché sur le cas du docteur Morgan Skinner dans le quatrième tome, on zoome de nouveau sur un des personnages de l’hôpital. Pas forcément celui qu’on attendait d’ailleurs.

Et on pense à première vue que le fil rouge de la série (mais bon sang d’où vient cette foutue épidémie ?) passe au second plan. Pourtant, on se rapproche du dénouement en apprenant que Sam Gibbs connait le responsable de toute cette pagaille !

Ca se précise sérieusement, il était temps ! Le 6ème et dernier tome est déjà en approche.

Ce 5ème opus est comme il se doit, servi par un graphisme impeccable et une colo parfaite pour nous immerger un peu plus dans les coulisses d’un hôpital pas comme les autres.

Alors avis aux amateurs de frissons, passez en mode survivor !

alice-matheson-tome-5-planche

un album aux accents italiens car dessiné à quatre mains par Lucio Leoni & Emanuela Negrin sous la houlette des scénaristes Stéphane Betbeder & Jean-Luc Istin. Couleurs du Studio Digikore. Editions Soleil.

3 sur 5

Androïdes – tome 1

Résurrection

couverture Androides tome 1

Autant le dire tout de suite, je déteste tout ce qui est androïdes et autres robots qui, à mon humble avis, représentent avant tout une menace pour l’humanité. Je ne développerai pas mes arguments ici me contentant de donner mon avis sur le début de cette nouvelle série-concept de science-fiction où le sujet porte justement sur ces foutues machines x_O

C’est d’ailleurs l’enjeu de ce premier tome qui révèle au lecteur n’ayant pas pris la peine de lire le pitch (c’est d’ailleurs recommandé) une grosse surprise en toute fin d’album.

Nous sommes en 2545, Liv Anderson superbe femme flic au caractère bien trempé enquête sur le meurtre d’un directeur de musée qui finit par la mettre en danger lorsqu’elle est sur le point de mettre à jour un secret d’état. Anna Hopkins est elle restauratrice d’œuvres d’art et apprend à sa grande surprise qu’elle est enceinte. Problème : l’humanité est stérile depuis des siècles et ce n’est que grâce aux pilules de Microcorp qu’elle survit. Les deux affaires semblent mener au même constat : la classe dirigeante nous ment !

Graphiquement soigné, l’immersion dans ce futur plutôt sombre est totale et les amateurs d’anticipation seront ravis de tomber sur ce premier tome facile à lire et bien torché.

Trois autres albums réalisés par des duos d’auteurs différents sont au programme de cette mini-série concept qui démarre très bien au pays des androïdes.

planche Androides tome 1

un album scénarisé par Jean-Luc Istin, dessiné par Jésus Hervas aux éditions Soleil.

4 sur 5

 

World War Wolves tome 2

Autrefois un homme, aujourd’hui un loup

World War Wolves tome 2 couverture

Preuve que c’est pas mal, les boulets comme moi qui débutent une série par le tome 2 n’auront aucun mal à plonger dans ce Survival horror que nous propose Soleil Comics. Bien servi par un graphisme sec comme un coup de trique qui n’a pas besoin de couleurs, privilégiant les jeux d’ombre efficaces (la planche choisie ci-dessous illustre bien ce que j’essaye de dire), on entre de plein pied dans un monde joyeusement apocalyptique.

Les Etats-Unis se divisent maintenant en deux groupes : d’un côté les humains survivants qui ont échappé à un mal extrêmement contagieux se rassemblent en petites communautés, de l’autre les lycanthropes – loups garou – qui s’organisent pour mettre en place une nation dominatrice.

Au milieu du chaos, JL Istin s’intéresse au destin de 3 groupes distincts. A Las Cruces, petite ville fortifiée théoriquement à l’abri des vilains poilus, John Marshall et sa famille doivent pourtant démasquer le loup garou qui a pris leur immeuble pour son garde-manger. Fuyant Philadelphia où ils sont passés à deux doigts de se faire bouffer, Jeremy Lester le jazzman aveugle et la petite Sarah prennent la route pour Lancaster. A la prison de Riker’s Island, Malcom Spolding échafaude un plan pour mettre les voiles le jour de la visite de Raven le chef de meute.

C’est sûr que ça lorgne du côté de Walking Dead, ça en a le gout et la couleur et la comparaison coule de source. Néanmoins, les histoires croisées permettent d’alterner les situations et varier les plaisirs. Et comme son homologue made in US, les personnages sont suffisamment épais pour qu’on s’y intéresse sans oublier un quota raisonnable de scènes horribles qu’on savoure à petites doses.

Dans le genre, on a lu largement pire alors si le thème vous botte, moi je dis que c’est un achat qui se tente.
World War Wolves tome 2 planche

Scénario : Jean-Luc Istin, Dessin : Kyko Duarte, aux éditions Soleil (French Comics)

etoile3

Alice Matheson tome 3 – Sauvez Amy

Alice Matheson tome 3 couverture
Alice Matheson tome 3 couverture

Diplômée en chirurgie, Alice Matheson n’est pourtant qu’une simple infirmière au sein du St Mary’s Hospital dirigé par Morgan Skinner. Très appréciée pour son travail irréprochable, ses collègues lui reprochent pourtant d’être d’une froideur …glaciale (hé ouai !). Et pour cause, madame est sociopathe et n’est pas là pour batifoler mais pour se faire plaisir en tuant ses patients qu’elle regarde mourir.  Pour le moment, l’hôpital et la ville de Londres ont bien d’autres chats à fouetter face à une horde de zombies qui envahissent les rues. Les enquêteurs pensent que l’épidémie vient du St Mary’s et certains chercheurs sont soupçonnés. Alice passe donc pour le moment presque inaperçue – même si son  attitude fait débat – et profite de ses congés bien mérités après deux albums pleins pour étudier dans son labo secret ces fameux mort-vivants. Elle espère les guérir pour sauvegarder son passe-temps favori. Mais Amy, une vieille copine l’appelle au secours et ses ennuis recommencent.

Je ne l’avais pas vu venir le retournement de situation. J’aurai bien dit « bien joué le scénario » mais à bien y réfléchir c’est quand même capillotracté, n’empêche la scène permet de se faire plaisir face à ses deux bombinettes très court vêtues enfermées dans une cave. Le retour d’Amy dans la vie d’Alice provoque des souvenirs chez notre infirmière qui se souvient maintenant avoir été recueillie par la plus grosse fortune d’Ecosse après la mort de ses Bonnie and Clyde de parents.

Le 4ème de couverture annonce la série en 6 tomes avec – cool ! – un rythme de parution élevé, un album tous les 6 mois, et un donc un changement de dessinateur à chaque fois. Non sauf là, Zivorad Radivojevic s’y colle une seconde fois et son trait aiguisé et précis me parait très efficace pour une série de ce genre. Je ne sais pas si c’est voulu mais Alice ressemble de plus en plus à Carmen Mc Callum et ça me plait bien.

Alice Matheson tome 3 planche
Alice Matheson tome 3 planche

album scénarisé par Jean-Luc Istin, dessiné par Zivorad Radivojevic, colorisé par Digikore Studios, édition Soleil

3 sur 5

chronique du tome 1 (archives)

chronique du tome 2 (archives)