Les poilus frisent le burn-out tome 1

les poilus tome 1 Guillaume Bouzard couvertureLe dernier album de Guillaume Bouzard – alias le prince de l’Umour underground  ^^ – date de février 2014 si je me souviens bien. C’était Moi BouzarD chez Fluide Glacial et depuis je n’avais pas eu de nouvelles.

Il est heureusement de retour cette année avec cette fois un premier tome sur les soldats de 14-18, les fameux poilus dans lequel il nous invite à partager leur quotidien – difficile – au milieu des tranchées. Toujours pré-publié dans le mensuel Fluide Glacial, il regroupe ici un premier jet de ses sketchs en plusieurs planches pour le plus grand plaisir de ses fans.

Si le résultat n’est peut-être pas aussi déconnant que d’habitude car il a choisi une approche plus tragi-comique et sachant que tout cela est inspiré de faits historiques, on peut tout de même se réjouir de retrouver sa verve humoristique à travers des dialogues décalés et des situations cocasses. L’autre bonne nouvelle est qu’il met une certaine application dans son graphisme. Ca n’a pas été toujours le cas.

En cette période de centenaire de la bataille de Verdun, Bouzard rend hommage, entre humour et respect, à ces poilus rustiques et attachants.

les poilus tome 1 Guillaume Bouzard planche

un album signé Guillaume Bouzard aux éditions Fluide Glacial.

3 sur 5

Zaï zaï zaï zaï

zai-zai-zai-zai-fabcaro

J’ai compté : son nom apparaît dans une bonne quinzaine de chroniques (voir les archives), en tant que scénariste ou dessinateur voire les deux à la fois car il sait tout faire. Je parle de Fabrice Caro (alias Fabcaro) dont j’ai découvert le travail en 2009 avec La Clotûre qui m’avait appris qu’il y avait de la vie chez les petits éditeurs, les indés comme on les appelle. J’ai depuis acheté quasiment tout ce qu’il a fait et je le suis de près tellement j’aime son humour et son style.

Et quand j’apprends que Zaï zaï zaï zaï (ce titre !) reçoit le grand prix de la critique ABCD et le prix Ouest France Quai des Bulles en 2016, je suis content que son talent soit enfin reconnu. Il le mérite. Doit être fier mais pas forcément très à l’aise dans ses baskets s’il est dans la vie comme dans ses BD (oui il aime se mettre en scène à l’instar d’un Guillaume Bouzard, autre auteur d’Umour et de Bandessinées).

Ces dernières années, il a collaboré activement à quelques succès (en tout cas sur BDouebe c’est certain !) dont je ne résiste pas au plaisir de répéter tout le bien que j’en pense : Amour, passion et CX diesel (avec James et Bengrrr), Mars! et Z comme Don Diego (avec Fabrice Erre). A noter également qu’il a repris avec Serge Carrère le destin d’une icône du 9ème art : Achille talon (ahhhh toute mon adolescence …) chez Dargaud.

Bref, tout ça pour dire que c’est un très grand de la BD !
Et pour plussoyer avec moi, il faut lire Zaï zaï …. (chiant ce titre, en plus j’ai pas compris d’où ça sort). En passant, c’est l’histoire d’un type qui devient l’ennemi public parce qu’arrivé à la caisse du supermarché, il a oublié sa carte de fidélité. Horreur ! S’en suit une série de situations cocasses et loufoques terriblement drôles et décalées. Mention spéciale à la scène où le fugitif se réfugie chez un couple qui s’accouple furieusement sur le canapé pendant la discussion. Hahahahaha !…zai-zai-zai-zai-fabcaro-planche

Un one shot vivifiant signé Fabcaro aux éditions 6 pieds sous terre.

4 sur 5

relectures – Lincoln

Lincoln tome 1 crâne de boisCe soir je suis à jour de mes lectures de nouveautés (ou en retard) et de mes articles (c’est plutôt rare) et les lectures du moment sont surtout des relectures de quelques classiques de ma biblio perso. Alors c’est le bon moment pour rappeler à la Terre entière (hééee ouai ! ^^) que Lincoln est une excellente série.

C’est l’histoire d’un gamin mal-né dans le far west qui très tôt développe un caractère irascible. Et un jour, devenu adulte, il rencontre Dieu et Lucifer, deux petits bonhommes sous leur forme humaine ! Le premier veut absolument en faire un type bien, le second est uniquement là pour le faire chier (Dieu pas Lincoln). Seulement c’te feignasse de cowboy n’a qu’une envie : qu’on lui foute la paix ! Un truc à savoir quand même : Dieu dans sa grande mansuétude (ou parce qu’il est un poil taquin) l’a rendu immortel. Ca aide quand, à cette époque, on prend autant de balles dans le buffet. Lincoln 2 Indian TonicEt à partir de ce postulat, la famille Jouvray (Olivier au scénario, Jérôme au dessin et Marie-Claire à la colo) nous emmène dans un western délirant de 8 albums avec chaque fois un plaisir immense de retrouver notre cowboy favori. La grande force de Lincoln est d’une part dans sa simplicité et sa lisibilité graphique fort sympatoche et d’autre part dans ses dialogues percutants. Il y a toujours LA réflexion qui tue ! Pour s’en faire une bonne idée, il suffit de lire le 4ème de couv’ qui résume bien l’esprit Lincoln.

Lincoln tome 3 PlaygroundJe ne vais pas en faire des tonnes mais si vous avez envie de vous marrer et de sortir de la BD mainstream ou dite « d’humour », lisez Lincoln vous ne le regrettez pas. C’est fin, c’est très fin, ça se mange sans faim.

Et sinon le tome 9 il sort quand ? ça commence à faire long, le dernier tome qui se passe pendant la 14-18 (c’est vrai qu’on est un peu sorti du western là) est sorti il y a déjà 3 ans (août 2013)Lincoln tome 4 Châtiment corporel.

La scéne du Lincoln « fantôme » qui cherche son pote américain dans les tranchées vaut son pesant de cacacouètes, je l’ai relu hier soir, j’étais MDR comme disent les djeunes huhu !..

Merci les éditions Paquet !

Prochaine relecture : Wollodrïn.

 

Lincoln tome 5 Cul nu dans la plaineLincoln tome 6 French lover Lincoln tome 7 Le fou sur la montagne Lincoln tome 8 Le démon des tranchées

 

Aslak tome 4 – Le monde du rien

aslak tome 4 couverture

Lassé d’entendre toujours la même histoire au coin du feu, le cruel chef viking Waldemar ordonne à Skeggy et Sligand – les fils du conteur qu’il vient de tuer de rage – de lui rapporter des histoires inédites sous peine de voir Bathilde leur mère sacrifiée avant l’hiver prochain. Et il n’y aura qu’un seul gagnant ! Partis chacun de leur côté, les deux frangins, accompagnés de leur équipage respectif, finissent par se rejoindre pour affronter un monde inconnu.

Pour l’heure, tout ce petit monde espère bien trouver la sortie du Monde du rien, un univers glacé dans lequel les âmes mortes ont rendez-vous avec un drôle de créateur. Mais dans l’ombre, quelqu’un d’autre tire les ficelles…

Bon j’ai résumé rapidos en passant sous silence qu’en 3 albums il s’en est passé des vertes et des pas mûres ! Nos joyeux drilles ont déjà pas mal galéré dans ce monde d’heroïc fantasy. Ce 4ème opus ne déroge pas à la règle qui est de s’étriper dans la bonne humeur à grand renfort de giclées d’hémoglobine et d’engueulades sévères.

Très bien dessiné et très bien mené, Aslak se présente comme un très bon successeur de Lanfeust sur le même registre : aventure, action, fantasy et humour. J’oserai même pousser la comparaison avec Astérix par ses personnages singuliers et attachants. Des grandes gueules au comportement très gaulois qu’on apprécie par chez nous ^^

chroniques des tomes précédents (archives) : tome 1, tome 2, tome 3

aslak tome 4 planche

un album scénarisé par Hub & Fred Weytens, dessiné par Emmanuel Michalak, colorisé par Guillaume Grzeczka, édition Delcourt

3 sur 5

Santiago

santiago-couverture

Ce n’est pas toujours facile de trouver de la bonne BD d’humour de nos jours, surtout lorsque l’on veut éviter l’humour grand public (non je ne citerai personne !), dans ma biblio ils se font plutôt rare les albums qui me font poiler. Guillaume Bouzard, Fabcaro, Zep, Fabrice Erre, James, Thierry Vivien, Mo/Cdm, Manu Larcenet (dans ses premiers albums) et la plupart des auteurs made in Fluide Glacial ne sortent pas des BDs tous les jours malheureusement. Alors quand j’ai la chance d’en trouver un nouveau, je le savoure.

C’est le cas ici où B-Gnet – encore un collaborateur de Fluide – qui propose de revisiter le genre western en mode pastiche. Santiago est le chef d’une bande de foies jaunes pilleurs de banque qu’il compose avec Juan, Pablo et Rancho. Mais 4 n’est pas un bon chiffre pour une bande alors quand Chico alias Jessica croise leur route, c’est décidé, elle fera le cinquième !..

Au premier abord, le dessin est plutôt sérieux et maîtrisé, à tel point que vu de loin, on pourrait s’attendre à lire un nouveau Blueberry mais quand les personnages se mettent à parler, on tombe tout de suite dans un absurde bien rodé. Dialogues vifs et situations loufoques vous attendent de pied ferme dans cet excellent one-shot réalisé par un spécialiste de la BD indépendante…

Dans le même genre, il avait réalisé un truc déjà bien tordant et déjanté chez La Boîte à Bulles : Saint-Etienne Lyon.

santiago-planche

un one shot marrant réalisé par le lyonnais B-Gnet aux éditions Vraoum.

4 sur 5

Notes tome 10 – Le pixel quantique

Notes tome 10 couverture

Ca faisait un bout de temps que je n’avais pas lu un Notes et ça me fait plaisir de constater que l’ami Boulet n’a pas perdu de son humour et de son gout pour les pensées et réflexions un peu lunaires. Car oui, il se pose des questions à propos de tout et aime faire vagabonder son imagination, poussant même jusqu’à un propos poétique ou philosophique. On le connait, on sait qu’il est très bon pour décrire les petits tracas du quotidien avec une bonne dose d’autodérision et on se marre souvent au détour d’une situation cocasse ou d’une grimace. C’est également un excellent dessinateur qui change souvent de style et de mise en page. Tantôt caricatural, tantôt réaliste, il sait varier les plaisirs et s’affirme depuis pas mal d’années déjà comme un artiste accompli au sein du 9ème art. Bref, vous l’aurez compris, ses notes valent le coup d’oeil d’autant que le petit format adopté est parfait pour l’emmener partout et passer quelques bons moment de lecture. Ce 10ème recueil regroupe les posts de son blog (www.bouletcorp.com) parus entre juillet 2013 et juillet 2015. Pour les furieux des réseaux sociaux, Boulet est aussi très actif sur Twitter (twitter.com/Bouletcorp)…

notes tome 10 planche

album réalisé par Boulet, édition Delcourt

3 sur 5

Game Over tome 13 – Toxic Affair

game over tome 13

Je suis toujours autant surpris par l’imagination débordante dont font preuve les auteurs de Game Over. L’art du running-gag, ils maîtrisent ! Car c’est tout le temps la même chose : le petit avatar du jeu vidéo de Kid Paddle doit secourir la princesse en évitant le piège et les horribles blloooorggh monstres, il est en passe de réussir jusqu’à la dernière case de la planche où quoiqu’il fasse, il se fait ratatiner la tronche ou découper en rondelles. Et si ce n’est pas lui, c’est la minette en rose au chapeau pointu qui mange. On la sent d’ailleurs pas super fufute la princesse, et colérique avec ça ! Nouvel opus, nouvelle poilade, chaque année voit arriver son Game Over et à chaque fois rires et sourires sont au rendez-vous …

game over tome 13

un album scénarisé par Midam & Adam, dessiné par Midam & patelin, colorisé par Angèle, édition Glénat.

3 sur 5