Corto Maltese – Tome 14

Equatoria

equatoria couverture

Pour être tout à fait juste, Corto Maltèse n’a jamais fait partie de mes BD favorites. D’abord parce que je ne me rappelle même pas en avoir lu un en entier, ensuite parce qu’en son temps – période Hugo Pratt – j’étais sans doute trop jeune pour m’intéresser à cette BD un peu old school.

Bref. Tout ça pour dire que je ne m’interdis rien quant à donner mon (court) avis sur cet album.

Rubèn Pelejero (graphisme) et Juan Diaz Canalès (scénario) ont repris la série à leur compte pour une virée entre Venise et l’Afrique équatoriale. L’homme à la casquette va faire la rencontre de 3 femmes, une journaliste, une exploratrice et une ancienne esclave.

N’ayant donc pas de background sur la série originelle, je dirai que c’est un bon album d’aventures qui m’a toutefois quelque peu échappé. Pas sûr d’avoir saisi toutes les subtilités des non-dits. Il y a une histoire sur Malte que seuls les initiés connaitront.

Question dessin, c’est chouette rien à dire ça m’évoque le travail de Bruno le Floc’h que j’adore (auteur malheureusement trop tôt disparu) même si le trait est ici plus fin.

La quête de Corto qui cherche le Miroir du prêtre Jean me semble n’être qu’un prétexte pour prolonger la vie du héros de Pratt. Et ce sont avant tout les fans nostalgiques qui sauront apprécier le mieux la reprise en saluant le retour de leur aventurier préféré.

Pour les autres, ça peut donner envie de creuser le sujet et lire les anciens tomes de cette icône du 9ème art qui porte un message de paix et de tolérance.

Maintenant que je suis plus mûr, je peux me lancer … 🙂

equatoria planche

voir la fiche sur @CastermanBD.

Souterrains

One shot

La couverture mystérieuse est très belle et elle ne ment pas : dès les premières planches le dessin de Romain Baudy envoie du lourd ! Les planches sont superbes !

Nous voila plongé en pleine guerre sociale qui divise les exploitants (les patrons) et les exploités (les mineurs). Ironie du sort : les ouvriers voient d’un très mauvais œil l’arrivée discrète d’un robot qui pourrait leur prendre leur boulot.

S’en suit une descente aux enfers quand un petit groupe d’hommes triés sur le volet se retrouve coincé profondément sous terre avec leur « machine ». Mais ce n’est pas tout, ils vont faire une étonnante découverte en sous-sols : la même lutte sociale existe ici aussi.

Mélange de chronique sociale, de fantasy et de fantastique, Romain Baudy pour son premier essai en solo innove une recette osée mais pleinement maîtrisée. Si je fais abstraction de mon esprit cartésien et que j’accepte l’idée, je constate que le cocktail fonctionne. Bien aidé par un graphisme à la hauteur du pari.

Alors pourquoi ne pas suivre Henry, Lucien et ce curieux robot dans cette aventure originale et colorée pleine de rebondissements ?

un one shot signé Romain Baudy. Editions Casterman.

La Vallée du Diable

Suite ou one shot ?
La Vallée du Diable
Nouvelle-Calédonie, 1925. Loin de leur Savoie natale, qu’ils ont fuie aux lendemains de la guerre, Blanca, Florentin, Pauline et Arpin ont fini par s’établir aux Antipodes. Mais cette nouvelle vie dans les colonies ne satisfait pas leur rêve de justice sociale et de liberté. Et, alors que l’air se fait de plus en plus irrespirable, l’heure des règlements de comptes est venue.

Deux femmes, deux hommes débarquent en 1925 en Nouvelle-Calédonie. James Jacques, un éleveur influent du coin, les prend sous son aile. Cinq ans plus tard, tout le monde est installé. Florentin est devenu cow-boy, la vieille Blanca bricole aux alentours et contre toute attente Arpin et Pauline se sont mariés. Au grand désespoir de Florentin et James évidemment.

Dans un contexte de révolte sur fond de colonisation et de jalousie de proximité, les relations ne tardent pas à s’envenimer. Les Kanaks de leur côté ne digèrent pas la main-mise de l’homme blanc sur leurs terres.

Alors c’est la suite d’un précédent bouquin – Le sentier des Reines – qui remet en scène le quatuor savoyard sous des latitudes plus chaudes que la lointaine Savoie. Perso je ne l’ai pas encore lu mais ce n’est pas gênant, la vallée du diable se lit très bien en one shot.

Je connaissais Anthony Pastor pour des titres plus… américains mais il semble très à l’aise dans la chronique sociale et historique. Perso, je préfère tout de même ses titres comme Castilla Drive ou Bonbons atomiques plus exotiques ou décalés. C’est juste une histoire de goût.

Question dessin, il me semble ici beaucoup plus soigné, la qualité graphique est de rigueur pour une aventure qui reste assez prenante. Le récit est tendu, les personnages pas faciles à cerner, on a l’impression que ça peut péter à tout moment. La violence est latente.

On ne s’ennuie pas une seconde tout en se régalant les yeux.

La Vallée du Diable

Scénario, dessin et colo d’Anthony Pastor chez Casterman.

Le lendemain du monde

one shot d’Olivier Cotte (scénario) et Xavier Coste (graphisme)
le lendemain du monde
magnifique couverture signée Xavier Coste

Au fin fond de la jungle africaine se cacherait un groupe terroriste mené par une Intelligence Artificielle qui a provoqué un véritable cataclysme. Tous les appareils électroniques sont vérolés y compris les millions d’implants des cerveaux humains.

L’ancien Casque Bleu James Graham Keran n’en a jamais eu lui. Et c’est pourquoi les autorités militaires lui demandent de partir sur le champ enquêter sur place. Et si possible de faire un bon coup de ménage.

C’est une sorte d’OVNI dans le paysage des récits d’anticipation apocalyptique, plutôt un roman d’aventure ésotérique que tente les auteurs. C’est très joliment illustré, le dessinateur Xavier Coste s’essayant à de nombreuses nuances colorées. Le propos sort largement des sentiers battus de ce genre de récit.

Au cours de ce voyage étrange en milieu hostile et peuplé de nombreuses rencontres, James réussira t’il à éradiquer la menace ?

Le lendemain du monde

Editions Casterman.

Bâtard

one shot de Max de Radiguès

bâtard couverture

May et Eugène taillent la route le coffre plein de sacs de billets de banque. Ils viennent de participer au « casse du siècle » puisque 52 hold-up viennent d’avoir lieu simultanément dans une même ville ! Du jamais vu.

Mais il n’y a pas que les flics qui leur courent après, quelqu’un d’autre fait la chasse aux fugitifs. Certains braqueurs se sont déjà fait dessoudés. Le chef de la bande voudrait-il profiter seul du magot ?

Initialement publié sur le blog http://www.maxderadigues.com/ sous forme de feuilleton, Max de Radiguès et Casterman nous proposent ici la version papier d’un road-movie made in USA très sympa.

Le duo formé par la mère et son bâtard est touchant et réserve une belle surprise. On entre très vite dans la danse grâce à une narration fluide et rythmée pour un dessin simple et lisible.

Subtilement dosés, l’action et l’émotion sont au rendez-vous pour nous offrir un très bon moment de lecture.

Il ne me reste plus qu’à découvrir les autres titres de cet auteur que je ne connaissais pas encore mais que j’aime déjà 😉

bâtard planche

un album des éditions Casterman BD.

Le monde d’après

le-monde-d-apres-couverture

Après un premier épisode que j’avais trouvé très réussi (chronique ici), Jean-Christophe Chauzy clôt son récit apocalyptique en deux actes.

Sortant de son registre humoristique habituel (voir ses planches publiées dans Fluide Glacial), il reprend un thème maintes et maintes fois exploré par le cinéma et la littérature. Grosse différence ici : ça se passe près de chez nous. Et ça peut permettre au lecteur francophone de se sentir plus concerné et de s’interroger sur le comportement qu’il aurait lui si son environnement s’effondrait.

Car c’est ce qui vient d’arriver à Marie et ses deux fils. Dans le premier album, en pleine montagne ils font partie des rares rescapés d’un orage dévastateur qui réussissent à redescendre dans la vallée. Mais après des jours cloîtrés dans un village coupé de tout, où les tensions montent tandis que les vivres baissent, ils prennent le large. Leur objectif est de descendre au sud en espérant que les côtes soient épargnées.

Hélas, c’est tout le pays – voire plus – qui a pris une grosse claque, les paysages sont dévastés et les rares humains qu’ils croisent se révèlent pour la plupart des ennemis. C’est l’heure du chacun pour soi.

Graphiquement, l’auteur se fait plaisir et ça se voit, le grand format lui offre de la place pour de très belles planches qui nous scotchent. La narration est bien posée, le dessin est soigné, l’ambiance fin du monde très bien rendue. Dans ces paysages désolés et cette atmosphère tendue, les rencontres sont très attendues et ne déçoivent jamais.

Le périple est donc prenant mais au final on reste sur sa faim. On ne connait pas l’origine de la catastrophe et on ne sait pas ce que deviendront les survivants. Pas d’explication, pas d’espoir. Il y a comme un manque. Pour ma part, je laisse mon imagination me suggérer que comme prévu l’homme a reçu le retour du bâton de la part de Mère Nature qui lui fait bien comprendre qu’il a déconné. Je suis pas loin de penser qu’on va tous finir dans un grand Big Bang de ce genre. Et paf !

Au delà d’une conclusion personnelle sur la place de l’homme dans la Nature, je pense que JC Chauzy nous donne à réfléchir sur la nature profonde de l’être humain. Le retour à l’état sauvage, l’instinct animal (la Louve et ses petits), le concept de propriété etc… Sorti de son confort moderne, l’homme en perte de repère retrouve vite son instinct de survie.

Je ne pense pas qu’une suite soit prévue. En attendant je ne peux que recommander cette lecture et l’achat de ces deux beaux livres.

le-monde-d-apres-planche

un album signé Jean-Christophe Chauzy aux éditions Casterman.

4 sur 5

 

Universal War Two – tome 3

L’exode
couverture de Universal War Two tome 3
La première Guerre Universelle a été apocalyptique, manquant d’anéantir l’humanité. La paix à peine revenue, un effrayant et insondable ennemi frappe de nouveau le système solaire ainsi que dl’idyllique Canaan. Les plus sages des humains ne savent plus que faire à part fuir. Seul la jeune Théa croit encore que la civilisation fondée par Kalish peut être sauvée. Quitte à devoir affronter les plus grands mystères de l’univers.

Dans ce second cycle, Denis Bajram met en scène une seconde Guerre Universelle avec suffisamment de renouveau pour satisfaire ses fans et techniquement c’est du high level. Les planches sont belles et « chaleureuses » malgré le traitement informatique auquel il nous avait  habitué et qui souvent apporte une certaine froideur.

On retrouve les fameux « triangles »  à l’oeuvre capables de nouveaux prodiges hallucinants. Ca va même un peu trop loin à mon goût quand on envisage le « cimetière des planètes » mais ça reste passionnant à suivre. La démesure est une des caractéristiques de Universal War qui fait son charme.

Ce qui me semble marquant dans ce second cycle et plus particulièrement dans ce troisième opus, ce sont les dialogues souvent simplistes et truffés de gros mots. Les personnages jurent et s’insultent à la moindre occasion. Ca me dérange car ça plombe le caractère sérieux et scientifique propre à l’esprit de la série.

Dans le même gout, le comportement de Khalish en pleurnicheur qui veut rentrer chez lui va à l’opposé du rebelle rock’n roll aussi intelligent que teigneux que l’on connaissait.

Au final, ce 3ème tome est en demi-teinte, le spectacle est appréciable, l’univers réserve encore de belles surprises mais il y a quelque chose de changé dans le traitement des personnages. J’espère que le prochain épisode va rectifier le tir.

planche de universal war two tome 3

un album signé Denis Bajram aux éditions Casterman

3 sur 5

 

Commandant Achab

Commandant Achab, un excellent polar en 5 tomes chez Casterman.

Edgar Cohen – dit Achab – est un vieux flic unijambiste du 36 quai des orfèvres, alcoolique et drogué relégué aux archives. Dans le passé, il aurait tué son meilleur ami Fath. Et le jour où Karim, le fils de ce dernier décide de devenir son nouveau partenaire, Achab reprend du service.

Initialement parue aux éditions Soleil (collection Quadrants), c’est Casterman qui en reprend les rênes lors de la sortie du 3ème tome tout en rééditant les 2 premiers sous de nouvelles couvertures.

Scénarisé par Stéphane Piatzszek et dessiné par Stéphane Douai, il s’agit d’un polar franchouillard que je redécouvre ici dans sa totalité et non sans un certain plaisir. Je peux même classer Achab dans ma liste de coups de coeur tant son humour est jubilatoire et son personnage principal atypique. Dialogues aux petits oignons, enquêtes passionnantes, chasse à l’homme, sale histoire de famille, vengeance, magouille, action, baston… une multitude d’ingrédients subtilement dosés donnent tout son sel à cette série que je vous invite à lire de toute urgence.

A l’heure où la surproduction et l’indigence de certaines sorties donnent le vertige, il est bon de se rabattre sur des valeurs sûres. Achab en fait partie !

Les chroniques complètes archivées sont accessibles en cliquant sur les couv’ ci-dessous. A noter que les 2 premiers sont des one shot, les tomes 3 et 4 un diptyque (les 2 meilleurs albums), le 5ème la conclusion du fil rouge (et malheureusement le plus mal dessiné).

Bonne (re)découverte ! coup de coeur

Commandant Achab tome 1

Commandant Achab tome 2

Commandant Achab tome 3

 

 

 

Commandant Achab tome 4

Commandant Achab tome 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Canardo – tome 24

La mort aux yeux verts
canardo-tome-24-couverture
Quand Canardo se lance à la poursuite de l’assassin de son vieil ami Garenni, ce n’est pas vraiment pour le remettre aux mains de la justice !

Ça faisait un bout de temps que je n’avais pas lu un Canardo. plusieurs années même. Et c’est avec curiosité sur je me penche aujourd’hui sur ce 24eme tome qui s’avère être la suite et fin d’un diptyque.

Pas grave. Car il n’est finalement pas indispensable d’avoir lu le précédent pour comprendre l’histoire. Le scénario bien écrit fait les rappels nécessaires.

Les dialogues sont un vrai régal, les diatribes de mâme la comtesse notamment. En parfaite dirigeante d’une main de fer, elle maîtrise le parler et multiplie les saillies cyniques en Off et populistes en On. Benoît et Hugo Sokal ont l’embarras du choix dans notre monde pour puiser leur inspiration.

Question humour on assiste également à une belle rencontre entre notre détective palmé et la jeune fliquette qui ne s’en laisse pas compter.

Certaines scènes sont donc particulièrement savoureuses.

Un bon album ne serait pas sans un bon dessin et de ce côté Pascal Regnauld réalise de très belles planches qui derrière la très belle couverture et son titre énigmatique en offre beaucoup à son lecteur.

Une excellente redécouverte en ce qui me concerne.

canardo-tome-24-planche

Un album scénarisé par Benoît et Hugo Sokal, dessiné par Pascal Regnauld, couleurs de Hugo Sokal aux éditions Caterman.

3 sur 5

Je viens de m’échapper du ciel

je-viens-de-m-echapper-du-ciel-couverture
Poe, loser magnifique, trimbale son désœuvrement et sa mélancolie de bars enfumés en salles des coffres, de plages interlopes en ruelles malfamées. Il joue son existence au gré du nombre d’allumettes qu’il pioche au hasard dans la poche de son veston, en ne pensant qu’à une chose. À Lola.

Laureline Mattiussi adapte une nouvelle noire de l’argentin Carlos Salem avec une science du noir & blanc remarquable.

A la lecture de ce one shot, il faut savoir lâcher du lest et se laisser emporter sans trop se formaliser par le voile du fantastique dans un récit noir emprunt d’un humour léger et désabusé.

Poe, le héros loser joueur et suicidaire a un parcours atypique de gansgter fleur bleue et c’est grâce à son complice Harly qu’il tente de se sortir maladroitement d’un quotidien sombre et ennuyeux.

Dommage que le gros béta de Harly ne soit pas plus mis en avant car avec Poe ils forment un duo plutôt amusant.

Oscillant entre roman noir, burlesque et fable, cet album de la collection écritures permet de vivre un bon moment d’évasion.je-viens-de-m-echapper-du-ciel-planche

un album réalisé par Laureline Mattiussi aux éditions Casterman.

3 sur 5