Androïdes – tome 3

Invasion

androides-tome-3-couverture

Elle est bien cette mini-série, non ?

Et pourtant dès qu’il s’agit d’androïdes, j’ai plutôt tendance à changer de trottoir. Mais là depuis le début, les one shots sont de qualité avec des auteurs différents à chaque fois qui font un réel effort pour proposer des récits originaux et un graphisme haut de gamme.

D’entrée, les planches tapent agréablement dans l’oeil et les dialogues font mouche. Pourtant, il faut s’accrocher car à l’instar du (héros ?) on ne comprend que goutte. Comme lui on débarque dans un monde ravagé et hanté par des trucs énormes qui nous tombent sur le râble. Mais ça vaut le coup de rester car au final on n’est pas déçu.

Un récit choc et des planches chic. Je prends !

 

androides-tome-3-planche

un album de Sylvain Cordurié (scénario), Emmanuel Nhieu (dessin) et Digikore Studios (couleurs) aux éditions Soleil.

4 sur 5

Androïdes – tome 2

Heureux qui comme Ulysse
Androïdes tome 2 couverture
Au XXVe siècle, l’ISS OXYGEN est le premier vaisseau d’exploration spatiale à quitter la Terre avec des enfants à son bord. Alternant les phases d’hibernation, plusieurs familles se relaient aux commandes du navire. Pour s’occuper des plus petits durant les périodes d’éveil, l’équipage compte sur AC7+, un androïde de compagnie réputé pour son stock illimité d’histoires. Hélas, après quelques siècles paisibles, une nuée d’astéroïdes croise la route de l’ISS et transforme le vaisseau en épave. Seules deux créatures survivent à la catastrophe : AC7+ et Ulysse, un nouveau-né. Changement de mission pour l’androïde : il faut élever le garçon et le ramener sur la planète bleue.

Rien à faire ! J’ai eu beau relire le passage ou l’androïde tombe dans le piège, il reste un truc qui m’échappe, il se fait démonter mais revient entier quelques cases plus loin !? Autre chose : les dialogues. Un poil pénibles les dialogues « petit nègre » des autochtones. Mais disons que c’est normal, les humains sont retournés à l’age de pierre. Sans oublier un détail crispant : j’ai dû changer de lunettes pour lire les bulles écrites en tout petit, notamment celles d’Isabella l’IA qui utilisent de surcroît un lettrage particulier.

Voila c’est à peu près tout ce que peux trouver de mal à dire de cet album ^^ car arrivé à mi-chemin de cette mini série (4 albums sont prévus), je suis convaincu de ses qualités. Et perso ce n’était pas gagné tant la robotique et consorts me laissent froid et indifférent, surtout dans la vraie vie où on essaye de nous vendre à tout prix ces saloperies. C’est peut-être ça le secret : un thème porteur, peu d’albums mais réalisés avec beaucoup de soins et un choix très ciblé d’auteurs talentueux.

Comme le tome précédent, l’histoire est crédible et bien construite, elle est signée d’Olivier Péru le scénariste de l’excellente série Zombies, et elle s’accompagne d’un dessin classique et soigné aux couleurs franches que révèle d’entrée la très belle couverture.

Pour l’heure, Androïdes c’est du tout bon, une série courte de one shot à découvrir sans hésiter pour ceux qui aiment la bonne SF et l’anticipation.

Androïdes tome 2 planche

un album de Olivier Péru (scénario), Geyser (dessin) et Sébastien Lamirand (couleurs) aux éditions Soleil.

4 sur 5

Androïdes – tome 1

Résurrection

couverture Androides tome 1

Autant le dire tout de suite, je déteste tout ce qui est androïdes et autres robots qui, à mon humble avis, représentent avant tout une menace pour l’humanité. Je ne développerai pas mes arguments ici me contentant de donner mon avis sur le début de cette nouvelle série-concept de science-fiction où le sujet porte justement sur ces foutues machines x_O

C’est d’ailleurs l’enjeu de ce premier tome qui révèle au lecteur n’ayant pas pris la peine de lire le pitch (c’est d’ailleurs recommandé) une grosse surprise en toute fin d’album.

Nous sommes en 2545, Liv Anderson superbe femme flic au caractère bien trempé enquête sur le meurtre d’un directeur de musée qui finit par la mettre en danger lorsqu’elle est sur le point de mettre à jour un secret d’état. Anna Hopkins est elle restauratrice d’œuvres d’art et apprend à sa grande surprise qu’elle est enceinte. Problème : l’humanité est stérile depuis des siècles et ce n’est que grâce aux pilules de Microcorp qu’elle survit. Les deux affaires semblent mener au même constat : la classe dirigeante nous ment !

Graphiquement soigné, l’immersion dans ce futur plutôt sombre est totale et les amateurs d’anticipation seront ravis de tomber sur ce premier tome facile à lire et bien torché.

Trois autres albums réalisés par des duos d’auteurs différents sont au programme de cette mini-série concept qui démarre très bien au pays des androïdes.

planche Androides tome 1

un album scénarisé par Jean-Luc Istin, dessiné par Jésus Hervas aux éditions Soleil.

4 sur 5