Le Juge, la République assassinée tome 3/3

Chronique d’une mort annoncée
couverture Le Juge tome 3
Le 3 juillet 1975, à Lyon, le juge Renaud, qui enquêtait sur des dossiers, est assassiné de trois balles. Malgré les enquêtes, les soupçons, les théories parfois extravagantes, ce meurtre reste sans explication officielle depuis plus de quarante ans ! Grâce à un travail colossal de documentation et à l’aide du fils du juge Renaud ainsi que celle d’autres protagonistes, Olivier Berlion raconte dans cette passionnante trilogie les liens qui unissaient le milieu à certains hommes politiques. Cette histoire est aussi, tout simplement, celle de la faillite d’une justice restée sans réponse face à ce scandale. Le Juge se lit comme un polar implacable d’une très grande tenue.

Au début, je craignais un peu d’être perdu dans une histoire complexe avec de nombreux personnages, surtout dans le tome 1. Mais au fur et à mesure, l’histoire s’est fluidifiée sans jamais perdre de son intensité et de son intérêt.

Ce 3ème tome clôt un triptyque ambitieux magnifiquement réalisé par un Olivier Berlion précis et bien documenté. Je ne reviens pas sur le dessin dont je suis un fan inconditionnel.

Il en ressort un documentaire sérieux et didactique mené comme un thriller passionnant à suivre.

planche Le Juge tome 3

un album signé olivier Berlion. Edition Dargaud.

Le Juge, la République assassinée tome 2/3

Le gang des Lyonnais

le-juge-tome-2-couverture

J’avais eu beaucoup de mal à la lecture du premier album en raison du très grand nombre de personnages présentés, ajouté à des difficultés pour les distinguer. Olivier Berlion est un auteur que j’adore mais il n’est pas toujours très précis dans son dessin.

Ces petits désagréments connus et acceptés, il suffit de faire abstraction des 2 ou 3 trucs qui m’échappent aussi dans les méandres de l’intrigue pour profiter pleinement d’un récit au final passionnant. Je n’hésite donc pas à me replonger dans les affaires du Juge Renaud dont le meurtre le 3 juillet 1975 ne fut jamais élucidé. La série se concentre sur les 7 dernières années de sa vie.

Après un passé de résistant suivi de 15 ans d’Afrique – au Niger et au Tchad notamment – François Renaud est rentré en France poursuivre sa carrière de magistrat jusqu’à être nommé premier juge d’instruction de Lyon quelques semaines avant sa mort tragique. Son intégrité, son opiniâtreté, son franc parler lui vaudront le surnom de « Sherif ».

En ce début d’été 71, il s’intéresse de très près à ce qu’on appelle « le casse du siècle » à Strasbourg. Il est persuadé d’avoir affaire à des pros commandités par un ponte lyonnais qui bénéficierait de complicité politique et financière blanchissant l’argent sale. Ses investigations vont provoquer des règlements de comptes et des remous dans les hautes sphères du pouvoir.

Pour s’immerger encore plus dans cette histoire véridique, la fin d’album propose des photos du juge fournies par son fils.

On a beau connaître la fin, c’est avec impatience qu’on attend le 3ème et dernier tome pour relire tout ça d’une traite et revivre cette affaire (d)étonnante.

le-juge-tome-2-planche

un album signé Olivier Berlion aux éditions Dargaud.

4 sur 5