Une aventure de Rouletabille – tome 1

Le mystère de la chambre jaune
Rouletabille tome 1 couverture
Le professeur Stangerson et sa fille Mathilde vivent au château du Glandier où ils poursuivent des recherches scientifiques. Une nuit, Mathilde échappe de justesse à une tentative d’assassinat dans sa chambre jaune, pourtant fermée de l’intérieur. Rouletabille et son ami Sainclair se rendent sur les lieux, ils vont, au terme d’une enquête périlleuse, élucider « Le mystère de la chambre jaune »

Personnellement, Rouletabille ne m’évoque pas grand chose, si ce n’est le nom d’un personnage très connu (des autres, ceux qui savent et sont cultivés donc) de la littérature française. Renseignement pris, Joseph Rouletabille voit le jour sous la plume de Gaston Leroux en 1907 dans le roman policier titré « Le mystère de la chambre jaune ».

Maintes fois adapté au cinéma, à la télévision et en BD, le voici une nouvelle fois adapté chez Soleil sous la plume de JC Gaudin le père des Arcanes du Midi-Minuit et de l’Assassin Royal.

Une façon de redécouvrir un des plus fameux duo d’enquêteur français qui n’est pas sans rappeler celui de Conan Doyle, Holmes et Watson. L’intrigue est rondement menée par un limier sûr de lui qui perce ce premier mystère. J’avoue avoir été agréablement surpris par cet album très plaisant à lire. Les rebondissements sont présents, le dessin agréable à l’oeil et le final surprenant. Dès le début je me suis demandé comment ça pouvait bien se finir. Piqué au vif, j’ai lu cette BD  d’une traite.

Rouletabille tome 1 planche

un album signé Jean-Charles Gaudin (scénario), Sibin Slavkovic (dessin) et Joël Odin (colo). Editions Soleil.

L’automne à Pékin

one shot

l'automne à Pékin couverture

Ce n’est pas le plus connu des romans de Boris Vian mais c’est sans doute celui dont je me souviendrai le mieux. En adaptant cette drôle d’histoire, les frères Brizzi proposent un album original et amusant.

Dans le désert de l’Exopotamie – pays inventé par Vian – la Wacco décide de construire une ligne de chemin de fer. Mais la présence de fouilles archéologiques pose problème. Arrivée presque tous par hasard, une foultitude de personnages se retrouve à l’hôtel de M. Barrizone planté au milieu de nulle part.

Inutile de chercher ici l’automne ou Pékin, seule la préface de David Vian tente d’expliquer la signification de ce curieux titre. L’auteur s’est sans doute amusé à imaginer une histoire burlesque et poétique. On n’y trouve également une histoire d’amour et d’amitié. Le tout teinté d’humour.

La grande force de cette BD réside dans son graphisme qui rappellera aux plus exigeants le trait léché de Jean-Louis Tripp & Régis Loisel dans Magasin Général. La galerie des personnages s’y rapproche également. Les dialogues sont drôles, les situations loufoques, tout ceci étant illustré de grandes et belles planches au trait et à la colo très soignés.

Une BD inattendue, belle et rafraîchissante !

l'automne à Pékin planche

un one shot de Paul et Gaëtan Brizzi d’après le roman de Boris Vian, aux Editions Futuropolis.

Double assassinat dans la rue Morgue

double-assassinat-couverture
Deux femmes sont retrouvées assassinées rue Morgue. Étrange : toutes les issues de leur appartement sont condamnées… de l’intérieur ! Comment les meurtriers ont-ils réussi à s’enfuir ? Qui sont-ils ? Le Chevalier Dupin et son acolyte sont bien décidés à démêler les fils de cette « histoire extraordinaire ».

Akiléos réédite 9 ans après, l’adaptation de la célèbre nouvelle d’Edgar Alan Poe. Sur un scénario maîtrisé de Céka, le graphisme confié à Clod s’avère simple et plaisant pour (re)découvrir ce classique du polar.

Pour ceux qui ne connaissent pas l’oeuvre originale, c’est un moyen divertissant de suivre l’enquête confiée à un duo à la Sherlock Holmes assez truculent et complémentaire. Le dénouement est surprenant (je n’avais jamais lu Poe pour ma part) mais c’est surtout la force de déduction des enquêteurs qui prévaut ici alors que la police a déjà classé l’affaire.

On admettra que de nos jours la concurrence en terme de polar est rude tant l’offre est variée et replonger dans ce genre d’ouvrage ne s’impose pas de lui-même. Malgré tout l’adaptation est réussie et la réalisation très joliment exécutée.

double-assassinat-planche

un album signé Céka (scénario) et Clod (dessin & couleur), éditions Akiléos

2 sur 5

Millénium tome 6 – La reine dans le palais des courants d’air (2/2)

millenium 6 couverture

Ca y est : Lisbeth Salander la femme la plus recherchée de Suède s’est rendue à la Police ! La nouvelle fait la une des journaux et tout le monde attend avec impatience le procès qui s’annonce retentissant. Mais les membres de « la section » proche du pouvoir n’ont pas l’intention que certaines révélations ne s’ébruitent et mettent les moyens pour faire taire notamment Mikael Blomkvist qui défend Lisbeth bec et ongles. La course contre la montre entre le journaliste et des sbires de la Säpo – le service de la sûreté suèdois – s’engage tandis que Niederman, le colosse sanguinaire court toujours et continue de déchaîner sa colère.

Après un tome 5 époustouflant, un semblant de calme revient pour boucler l’affaire comprenant meurtres multiples, réseau de prostitution, gangs et proches du pouvoir. Lisbeth Salander voit enfin le bout de son calvaire et apparaît de nouveau comme une héroïne sinon attachante du moins atypique et fascinante; la façon dont elle provoque à l’ouverture du procès en dit long sur son état d’esprit. Et sitôt le procès expédié, le lecteur aura droit à une bonne portion de rab pour finir ce 3ème cycle de Millénium de façon spectaculaire.

J’aime moins le dessin de Man, moins abouti que celui de Homs qui parvenait à sublimer une histoire passionnante et parfaitement adaptée par Sylvain Runberg. Néanmoins, les planches sont de belles factures et permettent de clore une triple trilogie (!) qui marquera sans aucun doute l’histoire de la littérature et du coup le 9ème art.

Autrement dit, plongez dans Millénium version BD, on vous promet un voyage que vous n’oublierez pas. Pour ma part, je classe la série parmi mes indispensables et j’aurai beaucoup de plaisir à les relire dans peu de temps.

Lire les chronique (archivées) des tomes précédents : tome 1, tome 2, tome 3, tome 4.

millenium 6 planche

un album scénarisé par Sylvain Runberg, dessiné par Manolo Carot, couleurs d’Alex & Mirabelle, édition Dupuis

4 sur 5

Millénium tome 5 – La reine dans le palais des courants d’air (1/2)

millenium 5 couverture

On avait laissé Lisbeth mortellement blessée, quasi mourante à la fin du tome 4 dans un cliffhanger sanglant et on la retrouve en convalescence cachée quelque part chez un ami de Plague, son pote hacker. Zala est lui soigné à l’hopital se prétendant victime de Niedermann le géant ultra violent toujours en fuite.

Mais Lisbeth qui a pourtant démantelé le réseau de trafic de blanche de son père Zala n’est pas sortie d’affaire pour autant, la police l’accuse de nombreux meurtres commis pendant son enquête sur les bikers. Mikael Blomkvist sait qu’elle est innocente et décide de dévoiler le dossier Bjurman pour faire éclater toute la vérité sur cette sinistre affaire. En marge, les anciens membres de « la section » se rassemblent afin de statuer sur la situation explosive qui menace de leur faire beaucoup de tort.

Troisième et dernier diptyque de la saga Millénium écrite par Stieg Larson, cette première partie voit le retour du talentueux Homs qui signe là un nouveau temps fort de l’adaptation signée Sylvain Runberg. Pas facile à résumer car pas toujours très facile à suivre, il faut pourtant reconnaître que cette histoire bénéficie d’un scénario aux petits oignons pour offrir au lecteur attentif un sacré moment de lecture.

Efficace, lisible et très rythmé, graphiquement superbe, ce tome 5 sorti en mars 2015 est tout bonnement excellent et sera mon premier coup de coeur 2016 (et accessoirement le premier sur BDouebe nouvelle version).

Lire les chronique (archivées) des tomes précédents : tome 1, tome 2, tome 3, tome 4.millenium 5 planche

Un album scénarisé par Sylvain Runberg, dessiné par José Homs, couleurs de Homs & Vernay, édition Dupuis

coup de coeur