7 Macchabées

Série 7 – saison 3 – tome 21
7 Macchabées couverture
Les empires germanique et britannique sont en compétition pour atteindre le pôle Sud. Sur la route de cette folle conquête, les échecs et les cadavres s’accumulent… Quand les Anglais ont une idée aussi folle que géniale… Londres, 1909 . Dans le plus grand secret, les autorités britanniques réactivent une technique de réanimation des morts héritée de Victor Frankenstein pour tenter de conquérir l’Antarctique au nez et à la barbe de l’empereur Guillaume II. Ils réunissent avec soin une équipe de sept explorateurs polaires, récemment décédés. Mais la première vie du trépassé ne simplifie pas nécessairement la seconde… Et certains n’ont pas demandé à revenir…

Pas évident d’après le titre de trouver une histoire crédible. C’est pourtant ce que réussit à faire Henri Meunier !

L’idée de rejouer l’expérience de Frankenstein n’était pas gagnée, ça aurait pu facilement tomber dans le grandguignolesque. Il n’y a que l’histoire du poney qui me choque un chouïa. Bizarrement.

On a donc 7 cadavres vivants qui partent conquérir le Pôle au nom de sa gracieuse majesté. Mais la bonne surprise c’est que certains vont perdre quelques morceaux en route. Haha j’aime bien l’idée. C’est con mais ça ajoute du piment et de la crédibilité dans l’aventure. Et donne à sa conclusion un joli final en pied de nez.

N’oublions pas quand même que nos 7 héros ne craignent pas le froid polaire et possèdent tous une force et une résistance hors du commun. Genre super héros en plus… puants 😉

A propos de final, il m’échappe : je ne vois pas qui est le type – entre aperçu un instant en milieu d’album – qui débarque à la fin !? Que quelqu’un m’explique, j’ai dû louper un truc…

La série 7 ne serait pas elle même sans un solide dessinateur et c’est Etienne Le Roux qui s’y colle et fait le job.

7 fois 3 = 21. Si mes comptes sont bons et à moins qu’une 4ème saison – soyons fous ! – ne soit lancée, cet ultime album clôture une saga qui dure depuis 10 ans.

Bravo !

7 Macchabées planche

scénario de Henri Meunier, dessin d’Etienne Le Roux, couleurs de Thierry Leprévost. Editions @DelcourtBD.

3 sur 5

7 cannibales

one shot (série 7 – saison 3)
sept-cannibales-couverture
Ils sont sept. Riches… Influents… L’élite. Des mâles dominants avides de sensations fortes. Ils se jouent des valeurs hypocrites d’une société qui les adule. Ne vivent-ils pas dans un monde où la loi du plus fort s’impose ouvertement ? Sept prédateurs, qui assouvissent leurs pulsions lors de gigantesques fêtes privées. Mais le rituel va être perturbé. Car cette fois-ci, leur nouvelle proie n’entend pas se laisser mener à l’abattoir…

Ah bin merde alors ! Si je m’attendais à ça. Delcourt donne carte blanche à Sylvain Runberg pour une histoire particulièrement violente et cynique. Ca faisait longtemps qu’une BD ne m’avait pas étonné comme ça. Etonné dans le sens choqué. Choqué par le comportement des ces beaux gosses riches et sans limites. J’ai bien fait de lire distraitement le pitch pour profiter pleinement de l’effet de surprise.

Pour le coup, on aurait pu titrer 7 salopards tant ces crapules vont loin dans le vice.

Bon je n’en dirai pas plus sur le contenu de l’album mais sachez que vous allez découvrir un des meilleurs cru de Sept. C’est vrai qu’elle n’est pas encore finie et que d’autres surprise arrivent mais pour le moment, c’est l’album qui sort du lot en ce qui me concerne.

Graphiquement c’est du bon même si le trait part quelque fois de travers et que les couleurs tendent à surcharger les planches. Le scénario multiplie les flashbacks dans la première partie pour appréhender le vécu de cette bande de potes tandis que la seconde reste dans le présent pour une course-poursuite haletante.

Un album d’adultes, à ne pas mettre entre toutes les mains.

sept-cannibales-planche

un album dessiné par Tirso et scénarisé par Sylvain Runberg. Editions Delcourt.

4 sur 5

7 détectives – tome 6

John Eaton – Eaton in love

detectives-tome-6-couverture

C’est l’avant-dernier tome de cette série concept qu’est Détectives et comme indiqué dans la petite introduction, il est conseillé d’avoir lu au moins les tomes 1 et 5. Mais ce n’est pas indispensable car même en ignorant le vécu de certains personnages, la lecture est parfaitement aisée.

Renseignements pris, cette série reprend en détail chacun des 7 personnages mis en scène dans l’album 7 détectives de la série 7. Un peu comme Wollodrïn l’a fait avec 7 voleurs. Vous suivez ? ^^

On fait donc connaissance avec le docteur John Eaton, bras droit du célèbre détective Nathan Else, appelé à témoigner en qualité d’expert (ou parce que son ami n’est pas en état de venir) au procès d’Elizabeth Pumcake alias le « Monstre Botté » accusée d’avoir brûlé un orphelinat. Entre autre joyeuseté. Et quelques mois plus tard, enfermée dans son mutisme, elle demande à s’entretenir avec Eaton.

Raconté comme ça, ça peut faire envie mais au final, je pense que si on n’a pas lu les précédents, ça perd tout de même de son intérêt. Heureusement on se rattrape avec la double personnalité du docteur Eaton qui fait monter la tension. Un air de Hyde et Jekill.

C’est surtout le dessin qui m’a plu et le soin apporté au look très soigné de la collection. Couverture sublime et effet brillant sur le titre et le personnage central. Ca a vraiment de la gueule !

Beaucoup de dialogues rythment cet album et lui donnent une belle densité pour une bonne heure de lecture au pays de Sherlock Holmes.

detectives-tome-6-planche

scénario de Herik Hanna, dessins de Mara, couleurs de Lou aux éditions Delcourt.

2 sur 5

7 héros

7 – saison 3 -tome 18
7 héros couverture
Hector possède un don inestimable… Un super-pouvoir qu’il refuse d’utiliser et dont le gouvernement, qui vient de mettre la main sur lui, compte bien découvrir l’origine. Contraint d’intégrer un centre spécial placé sous haute surveillance, ce vieil homme discret et brisé par la vie va faire la rencontre de cinq autres « super-retraités »… bien décidés à s’évader au plus vite. À leurs côtés, Hector rencontrera enfin, contraint et forcé, son véritable destin…

Tiens ? Un album franco-belge qui met en scène des super héros, pourquoi pas ? Mais attention pas n’importe lesquels, ils sont 7 (non 6… enfin 7.. bref) et ont pour certains atteint la date de péremption. Surtout Hector le doyen qui a entretenu le suspense sur son pouvoir mais qui se révèle fort à propos en fin d’album. L’idée de départ est bonne et le déroulé satisfaisant mais je reste un peu sur ma faim malgré 60 planches généreuses. Je ne sais finalement pas trop quoi penser, le scénario cale un peu en seconde partie jusqu’au final qu’on attendait. Le pitch annonçait « sept super-retraités pour sauver le monde » mais à la lecture, je n’ai pas eu l’impression que le monde était vraiment en danger.

Heureusement, les planches sont belles et agréables à lire.

7 héros planche

un album de Mathieu Salvia (scénario), Philippe Briones (dessin), Romain Huet (couleurs) aux éditions Delcourt.

2 sur 5