one shot

Sérum couverture

Il fait la gueule sur la couv’ Kader. Pas très jouasse le gus. Faut dire que la vie dans ce Paris en 2040 n’a rien de bandant. Découpée en zones, délimitée par des checkpoints, la capitale française a des allures de prison et les parisiens ne sont que des ombres qui dès l’heure du couvre-feu rentrent rapidement dans leurs terriers.

Naguère Kader a fauté et la sanction a pris la forme d’une injection de Zanadrine, une drogue qui l’empêche de mentir. Pas facile d’avoir une vie sociale avec cette merde dans les veines. Entre son boulot de contrôleur au parc éolien et ses nocturnes sur holoporn, Kader se demande s’il ne vaut pas mieux en finir. Mais des événements vont faire qu’il va être entraîné malgré lui dans des actions terroristes…

Pas folichon tout ça mais grâce à un dessin simple et un ton sec, le lecteur a vite fait de sentir qu’il assiste à quelque chose qui pourrait préfigurer son propre futur. Une société malade de ses mensonges qui érige la vérité en valeur absolue. Mais si des activistes courageux se rebellent tout pourrait bien exploser. Mais la manière choisie est-elle la bonne ? Pas si sûr !

A vous de voir, mais avant tout lisez vite ce très bon récit d’anticipation !

Sérum planche

un album signé Cyril Pedrosa (scénario) et Nicolas Gaignard (dessin & colo). Edition Delcourt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.