Rio – tome 1

Dieu pour tous

Rio tome 1 couverture

Je crois qu’on le sait tous maintenant: Rio de Janeiro ce n’est pas seulement Copacabana, la plage, le soleil et les beaux corps bronzés. Rio c’est aussi la corruption, les inégalités sociales (comme partout d’ailleurs), la misère, la drogue, la violence et les favelas.

Et c’est bien dans celles-ci que l’on débarque dès les premières pages. Le jeune Rubeus rentre chez lui au moment où sa mère se fait flinguer de sang froid par son amant régulier. Un flic en plus. Menacé de mort lui aussi, le jeune garçon arrive néanmoins à lui filer entre les pattes et à récupérer Nina sa petite sœur qui ne sait rien du drame qui vient de se passer. Dès lors les deux orphelins n’ont guère de choix et se joignent à une bande de petites frappes qui vivent de larcins dans la rue. La vie de Rubeus et  Nina n’était déjà pas toute rose, elle va virer au cauchemar, coincés entre les gangs, les flics et les brigades de la mort. Mais il se pourrait qu’un espoir subsiste pour peu qu’ils aient un peu de chance…

Il m’a franchement beaucoup plu ce premier tome, c’est une histoire écrite par une brésilienne qui semble connaître son sujet et sait en parler. Son scénario est d’une fluidité exemplaire et le propos change de l’ordinaire.

Le style graphique est assez proche de celui de François Boucq, ce qui est à mon sens très flatteur. Et c’est, porté par le trait vif et réaliste du dessinateur de Milan K, que l’on vibre rapidement pour ce récit vitaminé et touchant qui nous emmène pour le coup vraiment au coeur des favelas.

Prévu en 4 tomes, ce démarrage fait figure de témoignage et augure une série prometteuse.

Rio tome 1 planche

un album signé Louise Garcia (scénario) et Corentin Rouge (dessin et couleurs), éditions Glénat.

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.