Ghost Money tome 4 – La prisonnière Tashkite

ghost money tome 4
Ce quatrième épisode de Ghost Money se déroule après l’attaque de Dubai. Chamza se réfugie en République tashkite sous la protection du président Azimatov. Elle emporte avec elle une valise « oubliée » en France depuis vingt ans et qui contient peut-être le secret de l’immense fortune léguée par sa mère. Chamza se croit à l’abri des services d’espionnage qui l’accusent de financer le terrorisme international, mais elle déchante très vite. Car la colère d’un dictateur omnipotent qui se sent trahi par sa fille peut se révéler plus dangereuse que tous les coups tordus des espions de la CIA…

Le décor change : après avoir pris le soleil à Dubaï, on plonge dans le froid glacial d’un kolkhoze sinistre mais ce qui me gène c’est de nouveau cette impression d’être un peu largué, ce 4ème épisode se remet à brouiller les pistes alors que le tome précédent avait calmé le jeu et avait relancé mon intérêt.

Ghost Money n’est pas aussi facile à suivre, l’intrigue est simple mais son déroulement passe par de nombreux tours et détours. Il sera toujours temps de recoller les morceaux lors de la lecture de la conclusion du 5ème et dernier tome.

Au chapitre du graphisme, si Dominique Bertail réalise du bon boulot grâce notamment à ses couleurs particulières qui donnent toute son élégance à la série, je me dis qu’il a dû se sentir à l’étroit dans ces cases souvent trop petites.

Un peu circonspect devant cette histoire compliquée, ce 4ème album m’a néanmoins séduit de par quelques belles séquences futuristes et par un esthétisme soigné, couverture en tête. Il n’y a aussi qu’à voir la planche ci-dessous pour se faire une bonne idée de la qualité graphique.

ghost money 4

album scénarisé par Thierry Smolderen, dessiné et colorisé par Dominique Bertail, édition Dargaud

3 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.