Retour accueil

Arnaque, banane et cacuhètes (MONKEY BIZNESS #1) humour

scenario: El Diablo dessin: Pozla couleurs: Miaw ,Pozla editeur: Ankama (label 619), parution: aout 2010

Arnaque, banane et cacuhètes Arnaque, banane et cacuhètes

Los Animales, en 2254. La civilisation n’est plus, le monde appartient désormais aux animaux. Vous voyez là la possibilité d’une paix éternelle ? Détrompez-vous ! La culture de meute règne et engendre une violence inhumaine. Au milieu de tout cela, Jack Mandrill le babouin et Hammerfist le gorille, deux vermines, tentent de défendre leur place au sommet de la chaîne alimentaire. Vous êtes prévenus : Los Animales n’est pas une ville pour les estomacs fragiles… La faim justifie tous les moyens !..

l'été est la bonne période pour fouiller un peu la bédéthèque et s'intéresser à des titres qu'on aurait pu louper face à la surproduction des gros mois. Et par la même, l'occasion idéale d'essayer de sortir des sentiers battus de la classique BD franco-belge que l'on aura de toutes façons plaisir à retrouver dès la rentrée et son avalanche de nouveautés. Bref, mon choix s'est porté en premier sur ce drôle de Monkey Bizness devant lequel il m'a fallu un peu de temps avant de déchiffrer la couverture aux couleurs agressives et au trait plutôt trash. Oui, c'est bel et bien deux tronches de singes que l'on a face à soi ! Prudent, je ne pris que le tome 1 ne sachant ce que j'allais y découvrir mais après quelques franches rigolades, il était évident que le tome 2 allait bientôt rejoindre la pile de mes BDs à lire. C'est effectivement très drôle, très trash, à la limite désespérant de cruauté et de violence tant l'espoir d'un peu de paix et de calme s'éloigne au fur et à mesure de la lecture. Ca déménage donc un max dans ce comics à la française dans lequel tout est permis : tabac, drogue, baston et luxure sont le quotidien de Jack Mandrill et Hammerfist le gorille qui passent leur temps beurrés comme des petits LU à taper (et se taper) tout ce qui bouge. Après l'excellent Pizza Roadtrip (dessiné par Cha), c'est le second album scénarisé par El Diablo que je lis et je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin. Toute cette agitation avait besoin d'un bon dessinateur au style underground et Polza nous sert des planches peuplées de créatures toutes plus moches les unes que les autres pour que la fête soit complète. A certains moments, j'ai même cru apercevoir le fantôme de Bouzard...
note

le 01.08.2013 (560)