Retour accueil

Moi, René Tardi, prisonnier de guerre - Stalag IIB (MOI RENE TARDI... #1) guerre, historique, roman graphique

scenario: Jacques Tardi dessin: Jacques Tardi couleurs: Rachel Tardi editeur: Casterman (univers D'auteur), parution: novembre 2012

Moi, René Tardi, prisonnier de guerre - Stalag IIB Moi, René Tardi, prisonnier de guerre - Stalag IIB

Mai 1940. Mobilisé depuis des mois, comme d'innombrables Français en âge et en état de combattre, le sergent-chef René Tardi, 25 ans, affronte la Wehrmacht depuis douze jours aux commandes de son char. Au matin du mercredi 22, il est fait prisonnier à l'orée du bois de la Somme. Humilié par la défaite éclair de l'armée française et par l'incompétence criante d'un commandement dont il a pu constater en personne les effets dévastateurs, il prendla route de l'est, comme près de deux millions d'autres soldats captifs. Direction la lointaine Poméranie, sur le territoire polonais, pour y rejoindre le camp de prisonniers où il passera le reste de la guerre, enfermé cinq années durant : le Stalag II B...

cet album est le premier volet d'un gros travail issu d'une lente réflexion ayant mûri pendant plusieurs années dans l'esprit de Jacques Tardi qui s'appuie sur les 3 cahiers de notes rédigés par son père René (dans les années 80) pour mettre en image ce qu'il a vécu de mai 1940 à janvier 1945. Ce projet très personnel est une affaire de famille puisque Rachel - la fille de Jacques - signe la mise en couleur et Oscar - son fils - s'est occupé de la recherche documentaire et iconographique. On sent tout l'investissement mis dans les 200 pages de ce premier livre et c'est avec énormément de plaisir que l'on se jette au coeur d'une histoire tragique et passionnante. Tardi fait le choix astucieux du dialogue père-fils en se mettant en scène sous la forme d'un enfant, pour poser des questions et faire raconter à son père les moindres détails de ses 5 années de captivité au Stalag II B. Cela créé une intimité très forte avec le lecteur tout de suite happé par le récit. C'est très agréable à lire et il ne faut pas hésiter à faire des pauses pour l'apprécier à son rythme, je l'ai lu en plusieurs fois m'arrêtant sur certains petits détails incroyables ou expression typique toujours bien expliquée. prendre son temps, c'est également profiter du magnifique dessin en noir et blanc très à l'aise dans des planches découpées systématiquement en 3 cases horizontales parfaitement lisibles. Deux choses m'auront vraiment marqué : la faim persistante des PG (Prisonniers de Guerre) et le business qui parvient à s'organiser malgré les conditions de vie plus que précaires. Il faut reconnaître qu'en BD, cet aspect de 39-45 n'a que très rarement (jamais ?) été illustré et c'est une bonne chose que ça soit Tardi qui s'y attelle, lui qui a déja beaucoup travaillé sur le sujet de la première guerre mondiale. Ce premier album est donc un témoignage précieux d'une génération à qui l'on aura volé une partie de sa vie. A lire absolument en attendant la suite...
coup de coeur

le 13.12.2012 (942)