Tyler Cross – tome 3

Miami

On a affaire à du lourd là. Fabien Nury ? J’adore. Brüno ? J’adore.

je ne vois pas bien ce que je peux raconter en fait, avant même de le lire je savais où je mettais les pieds. Dans le polar, le vrai, le noir, celui qui tâche, celui qui met tout le monde d’accord.

Avec ces deux auteurs, je ne suis jamais déçu, c’est direct coup de coeur.

L’histoire ? Boarf ça cause de fric, de vengeance, de nana coincée qui se révèle, d’escroquerie, de mafia etc…

Ya du sexe, du sang, des larmes,  des flingues, des clopes et des morts…

Réfléchissez pas, foncez l’acheter merde !

coup de coeur

Wonderball – tome 5

L’apiculteur

5 ans, 5 albums, des auteurs prestigieux, depuis le début, chaque tome de Wonderball est attendu avec impatience, ce cinquième et dernier tome conclut l’aventure.

Pour bien faire, il faudrait que je relise les 5 album pour faire une chronique digne de ce nom mais par flemme manque de temps, je me contenterai de me féliciter de ne pas être passer à côté de cette série géniale et je féliciterai les auteurs pour leur travail de pro.

Achetez la série les yeux fermés et lisez la d’une traite, vous allez vous régaler !

Presque maintenant

Aussitôt reçu, aussitôt lu, aussitôt apprécié !

Allez hop, je sais maintenant pourquoi la critique est unanime au sujet de Cyril Bonin, c’est un artiste complet. Un vrai. Un de ceux qui savent dessiner, coloriser et raconter la vie. Un pro quoi !

Et quand il nous propose un one shot nous parlant d’un trio amoureux, de notre mode de vie, de notre santé sur fond d’anticipation, on saute dessus et on le dévore.

Simple et beau, l’album se lit d’une traite. Un petit plaisir intense.

Criminal – tome 7

Je croyais la série terminée moi qui ai parcouru pas mal de bouquinistes pour m’offrir les 6 premiers tomes, mais non Brubaker et Philips avaient encore quelques idées à mettre sur papier.

Je n’aime pas les comics en général mais Criminal est l’une des très rares séries qui m’ont plu outre-atlantique. Pas de super-héros en collant, pas de gloriole américaine que je conchie mais seulement du polar bien noir qui se déroule du mauvais côté de la justice.

Construit sur deux récits imbriqués, ce tome 7 s’intéresse de nouveau à la famille Lawless des années 70. En 1976, Teeg Lawless est en prison avec un contrat sur la tête et en 1979, on le retrouve pour un road trip en compagnie de son fils Tracy.

L’occasion de retrouver l’ambiance poisseuse de Criminal ne se refuse pas et je ne me suis pas fait prier  pour replonger. Original, bien construit, bien dessiné, je vous le recommande chaudement.

Notes – tome 11

Il revient à peu près tous les ans avec un nouveau tome de Notes, Boulet le bloggueur le plus célèbre de la planète BD est à l’affiche de ce tome 11 paru au mois de mai.

Sous forme d’historiettes, il disserte au gré des ses pensées sur des thèmes aussi variés que le fonctionnement de notre cerveau, les pénibles séances de dédicaces, ses voyages à l’étranger ou dans la rue, les problèmes de tous les jours et les contes de fées.

Bref tout ce qui lui passe par la tête nous donne l’occasion de réfléchir, apprendre, se souvenir, philosopher, se moquer (un peu) et surtout de se marrer !

Intelligent, fin observateur, soucieux des détails, curieux, doté d’une imagination fertile, d’un solide esprit d’auto-dérision et d’un humour mordant, Boulet est le témoin de notre époque qu’il parcourt plein de curiosité

comme d’hab, un nouvel opus sympatoche !

Le guide du mauvais père – tome 4

c’est dommage qu’il ne  voyage plus Guy Delisle, j’aimais beaucoup ces trop rares BD issus de ses différents périples. Que ce soit en Israël (Chroniques de Jérusalem), en Birmanie (Chroniques birmanes) , Shenzen ou Pyongyang, ces chroniques me manquent un peu.

Alors en attendant une destination plus exotique, l’aventure est au coin de la rue comme on dit ou plutôt à la maison. Et il s’intéresse donc à sa jeune progéniture. Ses enfants quoi.

C’est drôle, tendre, bien vu et chaque père retrouvera dans ces saynètes la vraie vie, celle de tous les jours, celle que finalement on aime quand on a la chance d’être heureux en famille.

Le Troisième testament, Julius – tome 5

Livre 5
Le troisième testament, Julius tome 5 couverture
Ivre de sa soif de vengeance, Sayn a désormais pris la tête des homme-corbeaux, ces guerriers immortels et sans pitié. Puisqu’il n’a pas pu accéder au royaume du Ciel, il deviendra le seigneur de la Terre. Sa prochaine étape est le temple de Jérusalem, cité assiégée où Juifs et Romains semblent se faire la guerre depuis toujours. Mais face à ce nouvel adversaire, ils vont devoir unir leurs forces. Julius le prophète, le Romain converti, est sans doute le seul capable de les convaincre. Mais en aura-t-il le temps ? Car déjà, le ciel s’assombrit au pas des légions noires…

« Conclusion d’une série magistrale ». Oui j’ai lu ça et entre nous je crois que c’est pas faux. J’ai relu l’été dernier les 4 premiers tomes et franchement c’est du beau boulot. Et ce n’est pas cet ultime tome qui me fera changer d’avis. C’est super prenant !

Alors oui, le côté ésotérique, je suis moyennement emballé d’habitude, je trouve que ça permet de faire passer un peu tout et n’importe quoi. Mais là on est dans l’Histoire, avec un grand H, dans un contexte où la religion dirige le monde alors oui l’ésotérisme ne me choque pas. Le souffle épique est bien présent. Le fantastique peut s’immiscer sans problèmes. L’important étant que le résultat soit cohérent et sublime.

Et puis quelle magnifique aventure ! Le destin de Julius, le général romain qui passe de boucher sanguinaire à ermite reclus et qui finit par se prendre pour l’Elu ! Oui c’est magnifiquement raconté. On y croit.

Et puis quelles scènes d’action, quelles magnifiques planches !

Oui franchement, c’est de la balle !.. Moi j’adore. Lisez mes biens chers frères et sœurs, vous allez aimer.

Amen.

Le troisième testament, Julius tome 5 planche

un dernier album signé Thimothée Montaigne (dessin), ALex Alice (scénario) et François Lapierre (colo) aux éditions Glénat.

coup de coeur

Bouncer – tome 11

L’échine du Dragon
Bouncer tome 11 couverture
Le Bouncer et ses compagnons suivent la piste sanglante des assassins de Gretel. Prochaine étape : le canyon du fou, dont on prétend que personne ne peut le traverser sans perdre la raison, avant d’arriver dans le désert aride de Sonora et son trésor enfoui au pied de l’échine du dragon, ce cratère de météorite dont les crêtes évoquent la forme d’un dragon qui se mord la queue. C’est ici, dans ce lieu aux allures de fin du monde, que le Bouncer va devoir lutter pour sauver la petite Panchita des griffes de ses ravisseurs. Sans compter les autres épreuves qui se mettront sur sa route…

A peine quelques mois se sont écoulés que le Bouncer revient finir un diptyque tout feu tout flamme entamé au tome 10 !

François Boucq nous gâte, lui qui est désormais seul aux manettes d’une des meilleures BD du genre western. Franchement il s’en sort comme un chef !

Toujours aussi adroit et précis au dessin, il peut se vanter de pouvoir se passer de son acolyte Jodo pour construire un scénario classique et solide.  Il a gardé un des atouts majeurs de Bouncer : ses personnages hauts en couleurs. Il n’y a qu’à voir la trogne des types et de certaines de ses dames. L’énorme duchesse prend de la place dans le décor. Il n’y a qu’ici que l’on peut voir ça !

Les 80 pages de ce tome 11 défilent dans une course poursuite haletante au milieu de paysages grandioses.Bouncer tome 11 planche

un tome 11 réalisé par François Boucq himself chez Glénat.

Une aventure de Rouletabille – tome 1

Le mystère de la chambre jaune
Rouletabille tome 1 couverture
Le professeur Stangerson et sa fille Mathilde vivent au château du Glandier où ils poursuivent des recherches scientifiques. Une nuit, Mathilde échappe de justesse à une tentative d’assassinat dans sa chambre jaune, pourtant fermée de l’intérieur. Rouletabille et son ami Sainclair se rendent sur les lieux, ils vont, au terme d’une enquête périlleuse, élucider « Le mystère de la chambre jaune »

Personnellement, Rouletabille ne m’évoque pas grand chose, si ce n’est le nom d’un personnage très connu (des autres, ceux qui savent et sont cultivés donc) de la littérature française. Renseignement pris, Joseph Rouletabille voit le jour sous la plume de Gaston Leroux en 1907 dans le roman policier titré « Le mystère de la chambre jaune ».

Maintes fois adapté au cinéma, à la télévision et en BD, le voici une nouvelle fois adapté chez Soleil sous la plume de JC Gaudin le père des Arcanes du Midi-Minuit et de l’Assassin Royal.

Une façon de redécouvrir un des plus fameux duo d’enquêteur français qui n’est pas sans rappeler celui de Conan Doyle, Holmes et Watson. L’intrigue est rondement menée par un limier sûr de lui qui perce ce premier mystère. J’avoue avoir été agréablement surpris par cet album très plaisant à lire. Les rebondissements sont présents, le dessin agréable à l’oeil et le final surprenant. Dès le début je me suis demandé comment ça pouvait bien se finir. Piqué au vif, j’ai lu cette BD  d’une traite.

Rouletabille tome 1 planche

un album signé Jean-Charles Gaudin (scénario), Sibin Slavkovic (dessin) et Joël Odin (colo). Editions Soleil.

Naguère les étoiles – tome 5

Avant naguère

Naguère les étoiles tome 5 couverture

Décidément, je ne suis pas super gâté pour ma lecture dominicale car après le pénible Emma G. Wildford, voici le retour de Naguère les étoiles moyennement en forme.

J’avais adoré les 3 premiers tomes très drôles, loupé le tome 4 on se demande comment, mais là ce tome 5 est peut-être le moins bon.

Ok j’ai volontiers souris à certains gags mais plus la lecture avance plus j’ai l’impression que les auteurs sont à cours d’idées et peinent à en voir le bout.  Au point de se poser carrément la question dans le gag 46…

Je vais aller chercher le tome 4 histoire de compléter ma collec’ en espérant qu’il soit meilleur. Très déçu je suis…

Pour finir, ne vous fiez pas à cette maudite chronique qui noircit le tableau, la série Naguère les étoiles est ce qui se fait de mieux dans la parodie de Star Wars. Si vous aimez le concept, il y a aussi les excellents bouquins de Thierry Vivien tels que Yodablog et la revanche du retour et consorts.

Et plus largement, je recommande tous les titres de la collection Shampooing chez Delcourt qui sont quasiment toujours gage de bonnes BD d’humour qu’on aime lire et relire…

Naguère les étoiles tome 5 planche

un album signé Hervé Bourhis (scénario) et Rudy Spiessert (graphisme). Editions Delcourt.