dernières relectures

  DANS MON OPEN SPACE #4 variable d'ajustement (4/5)(696) BROUSSAILLE #5 un faune sur l'épaule (2/5)(1768) BROUSSAILLE #4 sous deux soleils (3/5)(1565) DANS MON OPEN SPACE #3 spéculation et sentiments (4/5)(1404) DANS MON OPEN SPACE #2 jungle fever (4/5)(1927) DANS MON OPEN SPACE #1 business circus (4/5)(2243) BROUSSAILLE #3 la nuit du chat (4/5)(1517) BROUSSAILLE #2 les sculpteurs de lumière (4/5)(1449) BROUSSAILLE #1 les baleines publiques (5/5)(1550) ORDURES #1 entrée nord (3/5)(616) GUNG HO #1 Brebis galeuses (4/5)(456) FOOTBALL FOOTBALL #2 football football (saison 2) (4/5)(1491) FOOTBALL FOOTBALL #1 football football (saison 1) (4/5)(1649) THE PLUS BEAU METIER DU MONDE #2 Emilie a des tas d'amis (4/5)(1421) THE PLUS BEAU METIER DU MONDE #1 Emilie, graine de génie (4/5)(1664) LE GRAND JEU #4 Indochine (4/5)(767)

dernières chroniques

Le grand méchant renard (4/5)(89) Le grand méchant renard (4/5)(89)

Face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur. Devant l'absence d'efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des oeufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel...

La couverture résume à elle seule ce qu'on va avoir plaisir à lire à l'intérieur ! L'air abattu et légèrement débile du renard entouré de ses "enfants" promet une comédie animalière très drôle. Et en effet, on se marre bien ! L'histoire est simplissime : un renard pleutre tourné en ridicule par une basse-cour réussit tout de même à enlever 3 oeufs en comptant les élever pour les dévorer plus tard. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que les poussins le prennent pour leur mère, du coup il s'attache rapidement à eux et que le loup s'invite au festin. Le personnage principal est donc un gag à lui tout seul mais ce sont surtout les seconds rôles qui tiennent la baraque. La poule monte un club d'auto-défense, le chien, gardien du poulailler, est une feignasse de première et le duo lapin-cochonnet est hilarant. Quant au loup, c'est la force tranquille et le méchant de service. Dialogues percutants, situations cocasses et dessin pris sur le vif, après m'être bien amusé, je vais offrir ce livre à mes enfants, qu'ils sachent qu'il existe des contes modernes bien moins chiants que les grands classiques...
note


Belle-île en père (2/5)(33) Belle-île en père (2/5)(33)

Vanessa Blue est la vedette principale de Au premier regard, un feuilleton télévisé à succès. Mais, alors que la série pulvérise les records d’audience et que sa cote de popularité est au plus haut, la jeune femme décide de partir faire un point sur sa carrière à Belle-Île, en Bretagne. Un lieu sauvage et isolé apparemment propice aux remises en question puisque c’est ici que, plus d’un siècle auparavant, la grande Sarah Bernhardt était venue s’installer afin de se "confronter aux éléments".

Weber et Nicoby reprennent leur recette de 2013 pour nous emmener un peu plus au sud de la Bretagne. Après Ouessant, voici donc Belle-île-en-mer où une nouvelle jeune femme brune coupée court (Vanessa et Soizic se ressemblent fortement) va de nouveau nous proposer de découvrir un joli coin ensoleillé qui recèle lui aussi des secrets familiaux enfouis. Un nouveau huis clos se joue aussi ici. Si le trait simple et léger de Nicoby se révèle toujours aussi sympathique, ce retour aux sources m'a moins emballé que l'enquête mené dans Ouessantines. L'ambiance est pourtant la même, le propos intéressant, les personnages attachants et crédibles, les amoureux de la côte et les lecteurs curieux sauront néanmoins apprécié une escapade bretonne vivifiante et découvriront par la même une Sarah Bernard dans son intimité...
note


LE POUVOIR DES INNOCENTS CYCLE II #3 4 millions de voix (4/5)(78) LE POUVOIR DES INNOCENTS CYCLE II #3 4 millions de voix (4/5)(78)

Le candidat lou Mac Arthur se jette dans l'arène pour tenter de renverser la vapeur contre sa rivale Meredith Brambick pour le poste de gouverneur de l'état de New York. A lui d'expliquer aux électeurs pourquoi il se prononce contre la peine de mort au moment où tout le monde réclame la tête de Joshua Logan, le tueur présumé de 508 personnes...

Ce n'est pas très crédible ça je trouve : l'honnête démocrate qui retourne l'opinion après un discours dégoulinant de candeur et de sincérité, ça n'existe pas. Mais ce n'est qu'un évènement parmi tant d'autres, une pierre à l'édifice d'un scénario qui se joue en plusieurs actes au bénéfice d'une histoire fouillée, qui pourrait paraître alambiquée tellement les scènes alternent d'une planche à l'autre mais c'est tellement bien maîtrisé que ça nous maintient constamment sur le fil. Malgré tout, on peut très vite être largué si il nous manque trop d'éléments en tête. Le genre de série qui se révèle une fois tous les albums en main en fait. C'est tout de même un vrai challenge de parvenir à faire progresser simultanément tous les protagonistes de cette histoire. J'ai toujours beaucoup de mal à parler des BDs de Luc Brunschwig sans doute à cause de la densité qu'elles dégagent mais ça ne veut pas dire que je n'aime pas, bien au contraire, rien n'est inutile, tout s'imbrique parfaitement pour au final nous servir un met bien consistant. Au delà, il s'attache aussi à nous dépeindre le portrait d'une Amérique contemporaine avec beaucoup de justesse. Et pour couronner le tout, le graphisme à deux mains tient parfaitement la route même si la colo me semble un peu sombre tout au long de l'album. Allez on attend la suite avec impatience et sérénité...
note


LE RESTE DU MONDE #1 Le reste du monde - épisode 1 (4/5)(48) LE RESTE DU MONDE #1 Le reste du monde - épisode 1 (4/5)(48)

Dernière soirée de vacances pour une jeune femme récemment plaquée, qui a du mal à faire face à sa nouvelle situation de mère d’ados célibataire. Et c’est un crève coeur de fermer le chalet d’alpage où elle avait pour un temps trouvé refuge. Quand un orage de montagne d’une violence inouïe éclate, suivi de secousses sismiques, celle qui se croyait dévastée, va comprendre ce qu’est la vraie dévastation...

Je le voulais absolument cet album, très curieux de voir ce que nous réservait mister Chauzy que je connais plutôt dans le registre humoristique. Hé bien, je n'ai pas été du tout déçu. Ca faisait longtemps qu'une BD ne faisait pas dans le scénario catastrophe et en choisissant une mère de famille avec ses deux enfants au coeur du chaos de nos belles montagnes, Chauzy fait mouche. D'autant que graphiquement, il met le paquet ! De grandes planches bien illustrées avec assez peu de couleurs mais soigneusement choisies et un découpage dynamique, cette première partie a vraiment fière allure. Quant à Marie, cette mère ordinaire qui se démène comme une furie pour sauver sa peau et celle de sa progéniture, elle nous entraîne à la suivre dans une histoire à l'accent réaliste touchant. Alors, la petite troupe va-t'elle se tirer du traquenard ? On le saura dans le deuxième et dernier tome qui devrait sans aucun doute transformer l'essai...
note


Juniors (2/5)(103) Juniors (2/5)(103)



Je mentirai si je disais que le dessin de Halfbob m'ait vraiment tapé dans l'oeil mais j'aime bien ce que fais Hervé Bourhis qui trouve ici le bon ton pour parler de l'adolescence, sans aucun doute la période la plus éprouvante d'une vie. C'est une sorte de road movie vécu par un gentil couple; Maxime se balade en uniforme SS (!) et Victoire ne peut vivre plus de cinq minutes sans réseaux sociaux. Après un événement tragique et un suicide commun raté, les deux ados se mettent en tête de rejoindre la capitale pour assister au concert des Dinosaur Jr. L'histoire met en avant le mal être de cette période délicate où ses jeunes fragiles, accros à facebook, Twitter et cie sont capables de faire n'importe quoi. Traité avec humour et illustré par un dessin rigolo, leur épopée nous inquiète quand même un petit peu...
note


CARLISLE #2 Retour aux sources (1/5)(68) CARLISLE #2 Retour aux sources (1/5)(68)

1904, à l’école de Carlisle, destinée à l’acculturation des jeunes Indiens, le directeur Pratt confie au professeur Jonas l’organisation d’un voyage à New York pour une vingtaine d’élèves indiens. L’occasion d’impressionner la bonne société par le niveau d’érudition de ces enfants afin de solliciter leur générosité. C’est ainsi que les élèves vont découvrir une métropole et juger de la puissance de l’homme blanc à travers le gigantisme de la ville… Contraint de rentrer à Carlisle, Jonas préfère la piste au train. L’occasion pour ses élèves de retrouver les réflexes d’autrefois dans une nature hostile, ce qui suscite l’admiration du professeur et des doutes quant au bien-fondé de leur intégration. D’autant plus qu’il se rapproche de la jeune indienne Elisabeth. De retour à l’école, les choses se précipitent. Jonas se heurte à Pratt et s’éloigne de son épouse Mary. Le soir où Elisabeth s’offre à lui et qu’ils sont surpris par le major Mercy qui croit tenir alors sa vengeance, le drame s’avère inévitable...

J'ai peur de ne pas avoir grand chose à dire à propos de ce deuxième et dernier album de Carlisle, je m'y suis ennuyé en lisant cette histoire qui a tout de même le mérite de mettre en avant ce précepte inventé par le visage pâle pour l'indien : "tuer le sauvage pour sauver l'homme", ça révèle l'obscurantisme de la pensée d'une certaine époque, hélas pas si éloignée et malheureusement encore d'actualité chez certains extrémistes imbéciles. Mais avec un dessin pas top, je ne suis pas parvenu à m'intéresser à cet album...
note


ORDURES #2 entrée sud (3/5)(105) ORDURES #2 entrée sud (3/5)(105)

Ils sont trois, Alex, Moudy et Samir, plutôt canailles ou vauriens que délinquants, à vivre tant bien que mal, en marge d’une société qui n’est pas faite pour les intégrer. Un trio singulier, uni dans l’amitié, solidaire dans leur destin pourri, dans leur quotidien navrant...

Toujours aussi cru et violent, pas de concession dans ce second et dernier chapitre. Si on attendait des surprises et des rebondissements, on est pas servi, l'histoire suit le même tempo pour un final aussi moche qu'aura été la vie des ces jeunes paumés. Pas bien méchants, pas bien futés, pas bien chanceux, il n'y aurait guère qu'un peu de chaleur humaine, qu'un peu d'amour qui auraient pu les sauver. La réalité est hélas plus tragique et ce diptyque ne semble avoir que pour but de nous rappeler qu'être né du bon côté de la barrière est déjà un sacré avantage. Liberté, égalité, fraternité ? Pas ici en tout cas. Un récit choc au graphisme saillant qui se passe avantageusement de couleur, bien mené et - oserais-je le dire - plaisant à lire...
note


MERMAID PROJECT #3 Mermaid Project - épisode 3 (3/5)(74) MERMAID PROJECT #3 Mermaid Project - épisode 3 (3/5)(74)

Pennac, femme flic parisienne, a découvert les agissements inquiétants de la société Algapower pour laquelle travaille son frère. Cette société manipule le génome humain et le mélange à celui de dauphins afin de développer une nouvelle race qui sera utilisée dans un but purement économique... L'un de ces cobayes, le dauphin Delph, a sacrifié sa vie pour aider Pennac. De Paris à Rio de Janeiro en passant par New York et le Canada, Pennac va mener une enquête aux tenants et aboutissants effrayants !

Je vais tout de suite évacuer le fâcheux : je le craignais un peu, le coup de la sirène, c'est un peu too much pour moi ! Ca accentue le côté BD jeunesse qui me gène depuis le début. Exception faite de ce constat - après tout, personne ne m'oblige à réagir comme un vieux ^^ - le dessin old school est toujours aussi sympatoche et la petite Romane possède juste la candeur nécessaire pour contrebalancer son courage et sa détermination, d'autant qu'elle est directement concernée par les agissements d'Algapower et qu'on comprend très bien son engagement. Ce qui est dommage dans ce 3ème tome, c'est que le contexte post-apocalyptique bien décrit dans le tome 1 (graphiquement parlant avec cette nature envahissant les rues et les immeubles) est complètement mis de côté ici, occulté par l'enquête policière qui sonne du coup comme un récit plus classique...
note


NAMIBIA #5 Namibia - épisode 5 (3/5)(68) NAMIBIA #5 Namibia - épisode 5 (3/5)(68)

Fin d'une enquête incroyable pour miss Kathy, agent du MI6 : les projets terrifiants d'une civilisation extraterrestre qui manipule l'ADN humain et animal menacent la planète entière...

Dommage que je n'ai pas fini de lire Kenya (mais je le ferai un jour) car depuis 2 albums, des personnages issus de ce premier cycle font leur apparition. Au final, je suis un peu déçu par ce 5ème et dernier tome qui se contente de conclure logiquement une aventure dont les tenants et les aboutissants n'ont plus de secrets pour nous. Le boulot est donc fait correctement sans plus. Si sur la couverture, sa posture à la Lara Croft lui donne un côté sexy, c'est surtout sous la douche en attendant un coup de fil que Kathy Austin se révèle ! Je viens de relire toute la série, c'est flagrant comme Léo aime dénuder ses (brunes) héroïnes. Ce doit être son pêché mignon ^^. Au final, Namibia ne fait pas le poids face aux mondes d'Aldébaran dessinés par le génial brésilien que je préfère largement...
note


MERMAID PROJECT #2 Mermaid Project - épisode 2 (3/5)(107) MERMAID PROJECT #2 Mermaid Project - épisode 2 (3/5)(107)

A New York, Romane enquête sur la disparition mystérieuse d’une salariée d’Algapower, une société soupçonnée de se livrer à des manipulations génétiques. Après avoir découvert l’existence d’un dauphin sur lequel des parties de cerveau humain ont été greffées, Romane participe à une mission dangereuse : pénétrer au coeur des laboratoires secrets d’Algapower. Pendant ce temps, son frère qui travaille dans l’entreprise est convoqué par le grand patron. Ce dernier lui propose une mutation qui ressemble fort à une sanction, comme s’il lui reprochait d’avoir renseigné Romane sur les dessous cachés d’Algapower...

Je trouve cette série attachante car graphiquement elle renoue avec la plus pure tradition franco-belge de par son style semi-réaliste très bien réalisé par Fred Simon et l'histoire est plutôt bien menée grâce aux charmes de sa jeune héroïne, volontaire, fragile et forte à la fois. Le revers de la médaille est que l'ensemble hésite entre série adulte (le thème) et série jeunesse (le dessin). C'est peut-être aussi parce que ça me rappelle les bons souvenirs de séries comme 421 ou Tif et Tondu lues jadis. Le coup du dauphin qui parle oriente du côté jeunesse lui aussi. Mais quand il s'agit d'anticipation mâtiné d'écologie, on peut faire confiance à Léo pour disposer d'un scénario solide et cohérent qui nous emmène aux quatre coins du monde à la poursuite d'inquiétants chercheurs borderline au niveau de leur éthique. Une bonne BD d'aventure bien dessinée avec un thème très porteur...
note


NIOURK #2 La ville (4/5)(106) NIOURK #2 La ville (4/5)(106)



Olivier Vatine continue (presque*) seul de nous régaler dans ce 2ème épisode de Niourk dont le nom énigmatique livre ici son origine. L'enfant noir est intervenu à temps pour empêcher, grâce à son arme magique et à son nouvel ami l'ours, que sa tribu ne soit décimée par la horde des spectaculaires poulpes mutants. Il guide maintenant les survivants vers Niourk, la mythique cité des Dieux, pour y trouver un remède au mal qui les ronge. C'est dans cette énorme cité redevenue quasiment sauvage qu'évolue maintenant le jeune garçon. Dans ces décors magnifiques et fascinants, on suit avec beaucoup d'intérêt son périple lorsqu'il tente d'échapper à une armée de robots devenus autonomes en même temps que s'éveille son esprit à de curieuses images. Mais d'autres personnages font aussi leur apparition pour relancer l'intrigue qui se conclura dans un troisième et dernier volet. Je tiens là une excellente série de SF, dessinée par un maître du genre (voir les 4 premiers épisodes d'Aquablue), qui devrait ravir les fans les plus exigeants...
*quelques autres auteurs sont intervenus pour la couverture, le quatrième de couv, le lettrage et les couleurs et j'ai la flemme de tous les citer désolé ^^
note


GUNG HO #2 Court-Circuit (5/5)(111) GUNG HO #2 Court-Circuit (5/5)(111)



Très attendu chez moi, ce 2ème tome séduit instantanément par la couleur rose flashy de sa couverture mettant en valeur une nouvelle venue à Fort Apache. En effet, après la violente attaque survenue à la fin du premier tome, les habitants de la petite forteresse perdue au milieu de la zone hostile ont perdu Williams leur maître d'armes et la ville leur a envoyé un remplaçant - Tanaka Hasegawa, star des arts martiaux - accompagné de sa fille, la jeune et jolie Yuki. Cette dernière ne laisse pas indifférent les jeunes mâles présents, surtout Zack, le jeune frère d'Archer, la tête brulée de la troupe qui lui continue de vivre sa vie. Ce deuxième album très rock'n roll est aussi réussi que le précédent et met l'accent sur les relations qui se nouent au sein des groupes d'adolescents dont on fait plus ample connaissance. Il est surtout question de flirt et de même de sexe au sein d'une communauté où se bagarrent les jeunes coqs. C'est très sympa à suivre d'autant que question graphique - très proche de l'animation sans encrage et aux couleurs sublimes - on en prend plein les mirettes. Mais l'action ne tarde pas à revenir au galop lorsque les ados friands de liberté et faisant fi des règles élémentaires de sécurité se risquent hors du camp et tombent sur les fameux rippers qui ne sont pas là pour la bagatelle. Ca déménage et ça saigne franchement ! Bien partie pour figurer dans la liste des indispensables, la série Gung Ho, conçue par deux jeunes auteurs allemands très talentueux est prévue en 5 tomes et se déguste comme une vraie gourmandise...
coup de coeur


WW 2.2 #7 Paris, mon amour (3/5)(101) WW 2.2 #7 Paris, mon amour (3/5)(101)

Ce septième épisode de WW2.2 se déroule au printemps 1944, en pleine Seconde Guerre mondiale. C'est une mission impossible que le sergent Meunier vient de se voir confier ! On lui demande en effet de commander un groupe parachuté sur l'Allemagne et de neutraliser une arme nucléaire prête à être utilisée. Lucide, Meunier se prépare au pire, mais il est loin de se douter de ce qui l'attend, là-bas, dans l'Allemagne d'un régime nazi agonisant et des camps de la mort...

David Chauvel reprend sa plume de scénariste pour planter le drapeau final d'une série dont il est le maître d'oeuvre. Il choisit de mettre son héros face à un choix cornélien entre deux missions aussi suicidaires l'une que l'autre. Mais c'est lorsqu'il découvrira l'horreur au delà de la ligne de front que le courageux Meunier prendra sa décision. De celle qui pourrait changer le cours de l'histoire. A la vision du final apocalyptique de ce dernier tome, le lecteur pourra légitimement se poser la question de la pertinence du choix en ayant toutes les cartes en main. Mais face à la furie nazie, trois hommes seuls auraient-il été capables de forcer le destin ? Joliment dessiné par Hervé Boivin, la série uchronique WW 2.2 s'achève de manière convaincante. Il ne me reste plus qu'à les relire tous pour avoir une vision d'ensemble plus juste...
note


JEU DE DAMES #1 Jeu de dames 1/2 (2/5)(128) JEU DE DAMES #1 Jeu de dames 1/2 (2/5)(128)

Juin 1943, l’ingénieur Hugo Ebeling quitte le centre d’essai des fusées allemandes V1 et V2 dirigé par Von Braun. Il rejoint la résistance allemande où il rencontre Eva. Avril 1945, tous deux se jurent fidélité jusqu'à la mort. Mais un obus russe atteint les deux amants. Anéanti par l’annonce de la mort d’Eva, Hugo est récupéré par l’armée américaine. Aux États-Unis, il retrouve Von Braun, affecté à la conquête spatiale. Hugo rencontre alors Lola, le sosie d’Eva en plus jeune, il est bouleversé. Octobre 1957, Spoutnik est lancé, les Russes mènent dans la conquête spatiale. L’équipe de Von Braun revient sur le devant de la scène et le cauchemar commence pour Hugo…

Sur fond de guerre froide Jeu de dames propose une histoire d'amour dramatique entre un ingénieur allemand et deux femmes qui se ressemblent étrangement. Le mystère qui entourent la première (la blonde) entretient le suspense jusqu'au cliffhanger final joliment mis en scène. Le tome 2 qui conclura l'aventure devrait donner satisfaction au lecteur qui appréciera le joli graphisme accompagnant le destin d'Hugo...
note


HELENA #2 Héléna 2/2 (3/5)(140) HELENA #2 Héléna 2/2 (3/5)(140)

Portrait de l’amour inconditionnel de Simon pour Héléna. Un petit jeu amoureux dans une chambre avec vue sur la mer. Peut-on convaincre progressivement une femme de nous aimer ? Et dans ce petit jeu, qui est l’esclave, finalement ? Celle qui vient toutes les semaines à heure régulière contre un peu d’argent, ou celui qui ne vit que pour ces trois petites heures à passer avec la femme qu’il aime ?

"Les relations amoureuses, c'est compliqué. Surtout quand l'un des deux ne veut pas." Tu m'étonnes Tom ! Je n'arrive toujours pas à me mettre dans la peau de Simon qui fait preuve d'une détermination sans bornes. Ca dépasse l'entendement et ça procure un sentiment presque de malaise tant sa souffrance est palpable. Jusqu'au bout il croira - ou fera semblant de croire - qu'un retournement est possible, que la belle finira par tomber dans ces bras. Or au seul moment où il peut conclure, il s'en révèle incapable. Il ira jusqu'au bout de l'Europe pour tenter de conquérir sa belle mais le jeu en vaut-il la chandelle ? Au final, on a quand même une belle histoire, triste mais belle qui vaut surtout pour le graphisme assez sublime de Lounis Chabanne et pour la galerie de personnages attachants...
note


LES AVENTURES DE RAOUL FRACASSIN #1 Les Flingueurs (4/5)(113) LES AVENTURES DE RAOUL FRACASSIN #1 Les Flingueurs (4/5)(113)

Suite a l’assassinat du roi Mustapha 129, l’agent Raoul Fracassin est assigné à la protection du futur roi au Bourget. Mais la tâche ne sera pas aisée lorsqu’on oblige notre agent à travailler avec ses homologues russes et anglais ! Mais les petites querelles seront bien vite mises de côté lorsqu’ils seront attaqués...

Difficile de résister au regard presque suppliant de Lino Ventura en couverture ! Flingue en pogne et main à la poche, il nous invite nonchalamment à le suivre dans un remake des tontons flingueurs version BD. Et ils sont tous là : Bernard Blier en russkof amateur de vodka et de lance-roquettes, Michel Constantin en tranquille agent américain, Francis Blanche l'angliche de service et sans oublier Jean Lefebvre en hôtelier à l'humour audacieux. Habituellement, je ne suis pas client de ce genre de BD mais je dois dire que je me suis bien marré à la lecture des ces joutes verbales dans la veine d'un Michel Audiard en grande forme. L'histoire est anecdotique et ne vaut son pesant de cacahuètes que par ses répliques et son dessin caricatural d'excellente facture. Ce premier volume se lit en one-shot et si Jungle avait la bonne idée d'en sortir quelques autres, je serai au rendez-vous. Dommage que mon exemplaire ait subi quelques problèmes de superposition à l'impression sur les premières planche :(
note


PACI #3 Rwanda (4/5)(132) PACI #3 Rwanda (4/5)(132)

Avec Miguy dans sa vie, Paci doit se ranger définitivement. Mais son passé de trafiquant lui colle à la peau. Une seule solution : faire imploser l'empire d'Ashram, son ancien boss. Miguy se doute de quelque chose et lorsqu'elle débarque dans le club où Paci "travaille", ça dérape. La mission dégénère, et s'engage alors une course-poursuite meurtrière. Pour Paci, deux choses comptent : retrouver Miguy et terminer ce qu'il a commencé...

L'heure du réglement de compte a sonné et c'est dans ce troisième opus que s'achève la cavalcade de Pacifique. Non sans avoir fait hurler les turbos et parler la poudre. En une virée, Paci tente le tout pour le tout pour se débarrasser des ses "patrons". C'est à l'issue de cette course-poursuite monumentale que la trilogie livre sa fin tant attendue. En 3 albums, Vincent Perriot - déjà dessinateur du très bon Belleville Story en 2 volumes - de son trait filandreux et esthétique aura fait vivre son nos yeux un anti héros particulièrement charismatique qui après une vie de bandit n'aspirait qu'à vivre tranquillement auprès de sa femme jusqu'au bout. Polar sec et nerveux, Paci rejoint l'étagère des très bonnes BD dans ma bibliothèque !..
note


PACI #2 Calais (4/5)(93) PACI #2 Calais (4/5)(93)

Des mois ont passé. Paci et Miguy sont à Calais. Elle a un boulot qu'elle déteste, avec un patron trop collant et raciste. Elle s'est mise à boire un peu trop. Elle aime Paci, mais ses retours tardifs et ses absences la font souffrir. Il travaille dans une boîte de nuit. Enfin, c'est ce qu'il dit. En vérité, il est de retour dans le business de la drogue, sous les ordres d'Ashram, son ancien patron. Il a un but, mais il ne peut en parler à personne. Pas même à l'amour de sa vie. Trop dangereux...

C'est assez curieux le démarrage de ce nouveau chapitre qui ne fait pas de transition évidente avec la fin du tome précédent. Paci ne s'en formalise pas et se remet contraint et forcé au boulot auprès de son ancien patron qui a bien insisté pour le remettre sur les rails du business. On le retrouve ainsi du côté de Calais dans les équipes d'Ashram, le patron de boite de nuit et grand baron de la drogue qui doit faire face à ses deux concurrents féroces : son ex-femme Carole et "l'anglais" qui osent lui faire de l'ombre. Ce qu'il ne sait pas encore, c'est que son petit protégé est revenu pour en finir une bonne fois pour toutes. A ce stade, on ne sait pas bien encore comment Pacifique Shimé a imaginé son coup mais pour l'heure c'est avec un plaisir évident qu'on le suit, son magnétisme et son humanité sous des allures de grand méchant loup font le reste ainsi que l'élégance du graphisme, dessin et colo comprise...
note


LA MONDAINE #2 La Mondaine 2/2 (3/5)(95) LA MONDAINE #2 La Mondaine 2/2 (3/5)(95)

La Mondaine. Juin 1942 : cinq années se sont écoulées, Paris a changé. Le Vélodrome d'hiver, cher à l'Inspecteur Séverin, sera bientôt affecté à un tout autre usage. Aimé Louzeau, lui, a certes gardé son visage de jeune premier, mais sa rencontre avec Eeva, la femme à la panthère, a réveillé ses contradictions : flic ou chef indien ? La frivolité des années 30 a bel et bien disparu. Le lecteur sort bouleversé par les drames, la résignation et une sourde mélancolie...

Zidrou emprunte des chemins de traverse pour évoquer l'Histoire - la rafle du Vel d'hiv' en l'occurence - à travers la vie - qui est loin d'être un long fleuve tranquille - d'Aimé, l'inspecteur de la Mondaine tombé amoureux d'une drôle de sauvage. Après un premier album plutôt tranquille (tout est relatif) ce second et dernier tome est plus dramatique avec l'occupant nazi tapi dans l'ombre. On ne le voit pas mais on sent sa présence qui rode dans l'entourage du petit flic bringuebalé par les événements. Au final, il se révèle et on le voit ainsi capable lui aussi de cruauté et de cynisme. Il faut dire que son histoire familiale est compliquée et elle va elle aussi très mal finir. Atypique dans son approche, cette curieuse et plaisante histoire en deux albums m'aura fait connaître un très bon dessinateur que j'aurai plaisir à retrouver dans d'autres aventures...
note


UNDERTAKER #1 Le mangeur d'or (4/5)(148) UNDERTAKER #1 Le mangeur d'or (4/5)(148)

Jonas Crow, croque-mort, doit convoyer le cercueil d'un ancien mineur devenu millionnaire vers le filon qui fit autrefois sa fortune...

Bon bah voila, ce n'est pas une grosse surprise vu le casting, c'était annoncé comme un incontournable de 2015, ce nouvel album signé par des experts dans leur domaine a bien évidemment fait mouche dans mon coeur. Le dessin de Ralph Meyer est comme d'habitude impeccable et le personnage peu ragoutant de croque-mort se meut en héros sous la houlette d'un Xavier Dorison qui revisite le genre de fort belle manière. Ajoutons à cela un compagnon à plume surprenant, une pimbêche improbable dans le décor et qui ne laisse pas compter, un gros propriétaire détesté qui opte pour une sortie pathétique et surprenante et nous voila partis pour suivre jusqu'au bout une aventure tonitruante comme on les aime. C'est presque dommage que le titre déflore la surprise que nous réserve Joe Cusco, j'ai trouvé ça bien imaginé...
note


www.bdouebe.net
2003-2014