Juniors chez @futuropolis

dernières relectures

  HECTOR KANON #2 un scooter dans la mâchoire (5/5)(1174) Z COMME DON DIEGO #2 la loi du marché (4/5)(627) CRIMINAL #4 putain de nuit ! (4/5)(1541) JAZZ MAYNARD #4 sans espoir (5/5)(1422) JAZZ MAYNARD #3 envers et contre tout (4/5)(1742) JAZZ MAYNARD #2 mélodie d'El Raval (4/5)(1695) JAZZ MAYNARD #1 home sweet home (5/5)(2351) TYLER CROSS #1 Tyler Cross 1 (4/5)(463) SEPT (SAISON 2) #7 7 pistoleros (4/5)(563) Mako (2/5)(521) Z COMME DON DIEGO #1 coup de foudre à l'hacienda (4/5)(858) ENCHAINES SAISON 2 #3 châtiments (4/5)(583) ENCHAINES SAISON 2 #2 égarements (4/5)(887) ENCHAINES SAISON 2 #1 tourments (4/5)(835) HAUTE SECURITE #6 l'ombre d'Ezekiel 2/2 (4/5)(791) HAUTE SECURITE #5 l'ombre d'Ezekiel 1/2 (4/5)(768)

dernières chroniques

Meurtre au Mont-Saint-Michel (2/5)(9)

Automne 1936. Un soir, alors que et la brume vient de tomber sur le Mont-Saint-Michel, la petite Lucie est témoin d’un meurtre ! Terrorisée, la fillette a un geste de recul qui trahit sa présence et, aussitôt, se retrouve prise en chasse par le meurtrier. Dès l’aube, tous les habitants se mettent à fouiller la baie et le Mont à la recherche de Lucie, portée disparue, mais c’est le corps sans vie de la bonne du curé qui est retrouvé ! La panique est d’autant plus grande que depuis quelques jours, un mystérieux inconnu hante le site. Dans une atmosphère étouffante, tout le monde en vient à se méfier de tout le monde. Et pour couronner le tout, les gendarmes de Pontorson, la commune de la baie, sont retenus ailleurs...

C'est sous un joli trait aux couleurs pastel que l'on assiste à un agréable polar se déroulant dans ce lieu aussi mythique que fascinant. Conçu comme un livre d'Agatha Christie, c'est dans le huis clos de ses entrailles que les villageois rassemblés autour de monsieur le maire qui se prend pour Hercule Poirot auront le fin mot de l'histoire. Pour un voyage intemporel dans cette fabuleuse cité, ce one shot a ce qu'il faut pour passer un bon moment de lecture...
2 étoiles


L'arabe du futur (3/5)(47)

Riad a 2 ans en 1980 quand son père d'origine syrienne décide de repartir au pays après avoir accepté un poste de professeur à Tripoli...

Ce fut difficile de passer à côté du phénomène "Arabe du futur" ces derniers temps, on a parlé du bouquin partout permettant, une fois n'est pas coutume de promouvoir le 9ème art. Bien installé au bord de la piscine, ce premier tome fut en ce qui me concerne une lecture estivale parfaite. J'y ai retrouvé l'ambiance des bouquins de Guy Delisle (Chroniques Birmanes, Chroniques de Jerusalem...) que j'adore. On est loin des albums délirants de Pascal Brutal, l'humour est discret mais bien présent dans un ton léger qui permet d'atténuer le côté tragique des souvenirs du jeune Riad qui aux côtés de sa mère à dû subir les décisions d'un père un peu rêveur. Drôle de personnage ce père, cultivé, intelligent, idéaliste, naïf, pas toujours courageux, il est fascinant à observer. On découvre également deux pays de l'intérieur et c'est ça le vrai enjeu de la lecture. Se rendre compte combien notre vie est différente, nous avons tout ou presque, ils n'ont rien. On assiste à un choc des cultures, la scène cruelle avec le chiot, l'histoire du logement attribué au premier qui ouvre la porte, la place des femmes, le comportement des hommes, tout ça fait réfléchir. J'y ai mis le temps mais maintenant que j'ai commencé, je compte bien suivre ce désormais célèbre "arabe du futur" jusqu'au bout. La série est prévue en 3 tomes...
3 étoiles


Emprise (4/5)(116)

1996. Après une tempête qui a occasionné pas mal de dégâts, les habitants de la petite ville de Shelter’s Lot assistent à une série d'actes de violence inexpliqués...

Pour un premier album, Aurélien Rosset réussit un coup de maître je trouve. Souvent feuilleté rapidos en librairie depuis sa sortie, je me suis décidé à en faire une de mes lectures d'été (au bord de la piscine of course) et j'ai trouvé ça vraiment terrible. Bien que pas trop fan des séries d'horreur et fantastique, j'ai trouvé dans ce one shot un excellent divertissement très bien mis en scène. Découpé en chapitres ponctués de reproductions de coupures de presse qui ajoutent un plus à la narration, l'album est dessiné d'un trait vif et sec rapidement coloré en direct (et quelque fois à la volée je dirai^^), le tout donnant du poids à l'ambiance poisseuse de ce thriller fantastique. Sans oublier les quelques effets de lumière très bien vus. Si la fin ne m'a pas forcément convaincu (pas facile de conclure ce genre de récit), je suis pleinement satisfait de mon achat et note cet auteur comme "à suivre"...
4 étoiles


Talk Show (3/5)(58)



A quelqu'un qui découvre Fabcaro, je dirai que ce n'est pas par cet album qu'il faut le décourvrir car le procédé mis en place ici est certes parfaitement maîtrisé mais il s'avère très répétitif et ce n'est qu'à petites doses qu'il faut savoir le déguster. Chaque planche se découpe en gaufrier pour une interview express de petites gens - aux noms composés à rallonge amusants - qui ont une passion délirante comme Marcel-Pierre Alain le tatoueur de bites ou Thierry-Jean José qui collectionne les apéricubes. Quiproquos et dialogues absurdes sont au menu de ce petit livre qui ne décevra pas les fans de Fabcaro. L'auteur montpelliérain reste une référence de l'humour en BD comme en témoigne les nombreuses chroniques faites ici-même...
3 étoiles


Jugements (4/5)(60)

Alex, Kathryn, Philip et Stephen savent maintenant qu’ils ne sont que les maillons d’une chaîne infernale, les participants d’un jeu diabolique et pervers. Mais ils sont plus déterminés que jamais à sauver l'être qui leur est cher : " une vie contre une vie ". Le face-à-face final se profile, chacun prépare ses armes. Le destin fera le reste... et le mystérieux organisateur se frotte les mains. Le résultat dépasserait-il toutes ses attentes ?

Ca valait le coup d'attendre pour relire d'une traite les 4 tomes de cette saison 2 d'Enchainés ! Si la couverture n'est pas des plus réussies à cause d'une coloration un peu trop vive à mon gout, le graphisme est bien toujours aussi efficace et le scénario diabolique pour clôturer avec talent ce petit jeu cruel. Je serai partant pour une 3ème saison si d'aventure les deux compères décidaient de remettre le couvert...
4 étoiles


Betty Barnowsky (4/5)(113)

Alors qu'elle compte bien prendre un long congé bien mérité après avoir reçu la "Medal of Honor", (le Major) Betty Barnowsky est rappelée par le général Carrington pour l'accompagner dans une mission spéciale au San Miguel, histoire de remettre un peu d'ordre chez les SPADs. Ok pour Betty mais il y a quand même un os, elle n'est plus toute seule...

Ca me fait bien plaisir de retrouver le trait rond et souple du dessinateur de Il était une fois en France. Parcourir ses planches au découpage parfait est un vrai bonheur. Sans révolutionner le genre, Joël Callède brosse une intrigue musclée classique et bien menée qui tient bien son rôle de divertissement en nous évitant de trop se pencher sur tout l'historique de la série-mère. Le contrat est parfaitement rempli, je n'en demande pas plus...
4 étoiles


Back to Perdition 2/2 (4/5)(133)

Bruce a retrouvé les amants en fuite. Ivre de rage, il tabasse Mayaw et décide d'emmener Angie se faire avorter avant de la ramener à son père. À Perdition, le wet fait rage, les enclos à crocodiles sont à deux doigts de céder sous la tempête. Mais le père d'Angie a d'autres soucis. Sans nouvelles de Bruce et de sa fille, il engage deux mercenaires prêts à tout et les lance à leur poursuite...

Ca fait un bout de temps que ce tome 2 traîne dans ma pile de BD à lire et le découvrir aujourd'hui me permet d'apprécier pleinement ce diptyque en le lisant d'une traite. Dans cette région sauvage et isolée du nord de l'Australie, la pluie battante, l'omniprésence des reptiles menaçants et la violence de certains protagonistes servent de décor à un super thriller sans concessions. Avec la légende aborigène en background , ça ressemble beaucoup à un western revisité. J'aime beaucoup. D'un côté, l'amour et l'humanité d'un jeune couple très amoureux, de l'autre l'aveuglement et la violence d'un père fou de rage capable d'envoyer n'importe quel tueur imbécile à leur poursuite. Bien dessiné, bien raconté, Back to Perdition est une BD comme on les aime...
4 étoiles


The Four Roses (2/5)(144)

Jérémie, alias King Automatic, est un big band à lui tout seul. Au retour d’une tournée, il apprend la mort de sa tante Marie. Farfouillant dans le grenier de celle-ci avec Gilou, son frangin, ils découvrent un 45 tours des années cinquante d’un certain Johnny Jano, ainsi qu’une carte postale dudit Johnny adressée à une certaine Rose...

Je pensais connaître Jano, persuadé que c'était lui le dessinateur de Max & Nina (dont je garde un bon souvenir) mais non l'artiste partage juste le même style graphique que Ben Radis avec qui il a co-écrit un carnet de voyage baptisé Bonjour les Indes (source : BDgest). Le trait est rond et les personnages anthropomorphique donnent le sentiment en ouvrant l'album de replonger quelques années en arrière à l'époque des débuts de Margerin ou de Florence Cestac, c'est dans la même veine graphiquement parlant. C'est donc plutôt sympa à lire, le dessin swingue bien au rythme du rock n'roll mais je n'y ai pas trouvé plus d'intérêt que ça, ça passe bien mais l'histoire est anecdotique...
2 étoiles


Le Sarcophage (3/5)(149)

2297. L’Homme a envahi et colonisé la majeure partie de notre galaxie. Aux confins de la Voie Lactée, une équipe d'excavateurs découvre un mystérieux sarcophage enfoui dans les entrailles d’une planète aride. Sur Terre, les astronomes d’un observatoire d’Amérique du Sud repèrent un mystérieux rayon cosmique, apparu soudainement depuis le Nuage de Magellan, une galaxie mineure en orbite autour de la nôtre...

Elle claque bien cette couverture, les premières pages également, ces personnages aux halos vert fluo nous font entrer de plein pied dans un nouveau récit de SF signé Christophe Bec. Je n'ai pas eu l'impression de découvrir quelque chose de nouveau en fait, la trame est connue et reprend les éléments phare des classiques du genre, on pense évidemment à la saga Aliens et au petit dernier Prométhéus. Rien de bien nouveau au soleil mais annoncé en 3 tomes, la série bénéficie d'un très bon dessinateur qui à lui seul vaut le coup d'oeil, question ambiance on est pas mal. Classique ne veut pas dire ennuyeux et j'en serai pour la suite car je veux absolument savoir d'où vient cette bombinette tombée de l'espace... ^^
3 étoiles


La divine comédie (4/5)(242)

Le gros de l'humanité s'est transformé en mort-vivants et rare sont les survivants. Parmi eux, Sam Coleman tente de retrouver sa fille Stacy partie se réfugier à Seattle. Apprenant à se fondre dans le décor et à manier les armes silencieuses, Sam fouille la ville pendant des mois sans trouver de traces de Stacy. Il rencontre Josh un gamin épileptique mais plein de ressources avec qui il va nouer des liens très forts jusqu'à l'arrivée de la troupe armée de Serge Lapointe...

Après avoir découvert l'été dernier la préquelle Zombies Nechronologies, je m'étais promis de me pencher sur la série-mère. Ca me semblait plus simple que de tenter de rattraper mon retard sur Walking Dead qui va sur son 23ème tome. Et en plus, on reste chez nous autres les franchouilles. Bref, comme annoncé, j'ai beaucoup aimé ce premier tome - enfin, ce tome 1, puisque un tome 0 est sorti depuis reprenant l'histoire de Serge Lapointe dont on fait la connaissance ici - qui en plus d'un dessin très chouette bénéficie d'une maquette soignée. Alors c'est vrai, c'est encore une ènième histoire de morts-vivants sortis d'on ne sait où et on a l'impression que ça surfe sur la vague zombies mais voilà la mayonnaise prend bien, les personnages sont sympas (le petit bonhomme espiègle et courageux qui fume des clopes !) quoique physiquement un peu quelconques (Sam) et les quelques traits d'humour sont les bienvenus. Appréciable aussi la voix-off de Sam ainsi que les dialogues efficaces. Question scénar, c'est bien équilibré entre action, émotion, angoisse et humour et le cliffhanger ne me donne pas le choix : vite la suite !..
4 étoiles


+ de chroniques

www.bdouebe.net
2003-2015